sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Spider-Man de Sam Raimi
Avec : Tobey Maguire, Willem Dafoe, Kirsten Dunst, James Franco, J.K. Simmons
Toile de maître.

Qui est vraiment Peter Perker ? Du simple lycéen amoureux en secret de sa voisine au héros, de l’adolescent orphelin élevé par un oncle et sa tante à l’adulte, le film de Sam Raimi illustre avant tout un double passage: l’histoire universellement connue d’un jeune homme piqué par une mysterieuse araignée radioactive qui lui confère de nouveaux pouvoirs. Néanmoins, Peter Parker pense uniquement se servir de ses nouvelles facultés à arondir ses fins de mois. Ce n’est qu’à la mort de son oncle, un crime qu’il aurait pu éviter que le jeune homme choisit sa voie puisque le pouvoir implique de grandes responsabilités...

Sam Raimi orcheste ici une des meilleurs adaptations de comic sur grand écran et quand on se remémore les Spawn et autres BatSchumacheries, on peut se rendre compte que le pari etait risqué. Contrairement a beaucoup de films, même aux Batman de Tim Burton, Spider-Man respecte beaucoup le matériau original, et si Sam Raimi, comic boy par excellence depuis Evil Dead et Darkman – une autre adaptation de comic plutot réussie - transmet, au travers du film, sa passion pour le Comic book, cela ne se fait jamais au détriment du néophyte. Le réalisateur lui tend des perches, dose habilement action et humour. A cet egard, l’apparition des premiers pouvoirs du héros se révèle une source de gags souvent drôles, prolongements de l'humour inhérent aux films du réalisateur.

Mais c’est vraisemblablement lorsque le film transforme Peter Parker en héros que le film atteint des sommets. Le jeune homme affronte Norman Osborn, le père de son meilleur ami, un dangerux criminel qui admire son intelligence et qui lui propose de s’associer à lui. Très bien interprêté par Willem Dafoe qui lui prête sa folie intérieure et sa gestuelle, le Bouffon Vert incarne la tentation classique du mal, avide et sans scrupules. Cet affrontement universel renvoyant à pratiquement tous les comics se voit ici transcendé par une mise en scène très BD, de par les situations représentées, les cadrages, la direction des acteurs épatants. Pas la peine d’en rajouter, Spider-man constitue de très loin le meilleur blockbuster de ces dernières années, un des rare où se cotoient pour notre plus grand plaisir, un certain savoir faire technique et artistique avec les attentes du spectateur.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)