sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Intervention Divine de Elia Suleiman
Avec : Elia Suleiman, Manal Khader, Nayel Fahoum Daher
Le monde du silence.

Intervention Divine ou l’un des films les plus audacieux de l’année. Pourtant, la réussite du film ne tient pas à son sujet, puisque Elia Suleiman résiste à la tentation du militantisme à la gloire de l'autorité Palestinienne.

Le réalisateur se montre ainsi très critique envers ses concitoyens. Dans la première partie du film, il dépeint les dysfonctionnements d’une société palestinienne, théâtre de frustrations exacerbées et dérisoire (le gag du vieil homme qui détruit la route) puisque le réalisateur les illustre sur le mode du burlesque. Lors de la présentation de son film à l’Institut Louis Lumière de Lyon, le réalisateur a insisté sur le lien qui le lie au cinéma muet américain, reflet d’une culture cinéphilique qu’il juge très basique. On pensera donc à Charles Chaplin car le réalisateur joue subtilement avec les silences et les attitudes suggestives de ces personnages, même si le comique repose ici presque systématiquement sur un jeu entre les champs et contre champs (le coup du ballon de football, l’homme dans sa voiture, le serpent…).

Ce ton si provocateur pour évoquer les mesquineries des siens, Elia Suleiman ne l’abandonne pas pour tourner en dérision ses adversaires, quelques militaires israéliens en poste à un check point qui empêche le héros de rencontrer son amante, autrement que sur un parking. Le corps à corps impossible laisse donc libre cours à une imagination fertile et guerrière qui pourrait prêter à caution par son aspect guerrier revendiquée si elle ne contenait pas en elle-même, le douloureux poids de la résignation, la même qui frappe le héros face à la port du père (malgré les post it). Critique envers ses propres dirigeants, (Yasser Arafat n’est plus qu’une baudruche), Elia Suleiman ne peut que constater le naufrage de son peuple. Plus qu’une échappatoire, la violence fantasmée, relais du cinéma, reste finalement la seule alternative pour donner vie à un état fantôme. Telle est la grande réussite de Intervention Divine.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)