sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Aniki mon frère de Takeshi Beat Kitano
Avec : Takeshi Beat Kitano, Omar Epps, Claude Maki,
Refusant de se soumettre à la volonté d’un clan rival du sien, le yakusa Yamamoto part s’exiler au Etats Unis. Là bas, ne pouvant envisager sa retraite, il reprend en main le gang de dealers de son demi-frère. Par ses méthodes ultra violentes, il impose sa loi à tout le quartier, parvenant à s’allier avec l’impitoyable yakusa Shirase Mais la mafia locale semble décidée à mener contre eux une guerre sans merci…

Aniki mon frère (le film s’appelle Brother à l’origine) reprend beaucoup d’idées et de conventions que l’on a pu voir dans les précédents films de Kitano (la violence stylisée, l’humour cynique, la scène à la plage, le caractère homme enfant des yakusas ) mais ce qui fait la force de cette œuvre, c’est d’observer comment Kitano réussit à se renouveler perpétuellement. En particulier, il décrit le choc des cultures à travers l’amitié entre son personnage et celui d’un jeune dealer noir. Surtout, il exalte le sens de l’honneur de ces criminels, le renforçant par une violence extrême et très brutale (la scène du banquet). En fin de compte, Aniki mon frère est un film peut-être plus émouvant encore que ne l’était Hana-bi. En tout cas, il confirme que Takeshi Kitano est décidément un des plus grand cinéaste de notre époque.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)