sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Juste un baiser de Gabriele Muccino
Avec : Stefano Accorsi, Giovanna Mezzogiorno, Stefania Sandrelli, Martina Stella, Marco Cocci
Friends alla Fiorentina.

Une comédie italienne qui franchit les Alpes? Une comédie de mœurs en plus? On se croirait presque revenu dans les années 50-60 avec le charme de Gina Lollobrigida en moins.

En fait Juste un baiser, auréolé de son succès en Italie (2,5 millions d'entrée, de multiples récompenses), nous décrit fort astucieusement les circonvulations amoureuses de jeunes trentenaires et, histoire de ratisser bien large, des beaux-parents du héros principal, Carlo (Stefano Accorsi). L'histoire du film est classique, Gabriele Muccino nous propose d'observer le devenir de quatre copains à un moment clé de leur existence. Faire un enfant, prendre une maîtresse, résister à la pression familiale, tout plaquer, devenir adulte en somme, voilà ce qui attend nos héros. L'intrigue de ce film se déploie autour d'un canevas des plus convenus : alors que sa concubine Giula Giovanna Mezzogiorno) est enceinte, Carlo ne résiste pas aux charmes de la jeune et fraîche Francesca; pendant ce temps la mère de Giula ne supporte pas de se voir vieillir et après 29 ans de mariage décide quitter son mari qui ne lui montre plus de signes d'affection. Ces situations se veulent le reflet de nos existences, et Juste un baiser aura au moins le mérite de forcer certains spectateurs à se poser des questions.

Pour autant, derrière cette ébauche d'analyse sociologique, le produit est formaté sur le modèle américain (cf. la musique qui pourrait très bien accompagner American Pie 3 et l'usage maladroit de la steady-cam). Ainsi, même si le réalisateur fait semblant de nous laisser choisir entre la voix suivie par Carlo et celle suivie par ses amis (à savoir l'achat d'un camping-car et un départ précipité pour l'Afrique), en choisissant de s'attarder sur les motivations de Carlo, il nous fait passer un message d'un conformisme insoutenable. Alors si vous approchez de la trentaine, si vous avez des doutes sur la tournure que doit prendre votre vie surtout n'hésitez pas : nul salut sans mariage (la preuve d'amour ultime), pavillon et chien.

Bien que léger, ce film ne vous soutirera tout au plus que…juste un sourire.
G.P.L. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)