sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


René de Alain Cavalier
Avec : Joël Lefrançois, Thomas Duboc, Nathalie Malbranche, Nathalie Grandcamp, Emmanuelle Grandcamp
Au début du film, René est un ogre de 150 kilos. Dans une des premières séquences ; il s’achète un copieux plateau de fromages qu’il s’apprête à dévorer tout seul, interrompu uniquement par la lecture d’une lettre écrite par sa femme. Cette dernière, excédée par son comportement étouffant l’a plaqué. Inquiet, René consulte un médecin et décide d’effectuer un régime pour la reconquérir…

On imagine aisément ce que serait devenu un tel projey entre les mains des grands studios hollywoodiens, un gros navet pétri de bons sentiments. Fort heureusement, le film de Alain Cavalier n’emprunte pas ces sentiers trop bien balisés. Le réalisateur s’ingénie à brouiller les pistes entre fiction et réalité. Optant pour un style très épuré, parfois à la limite du documentaire, Alain Cavalier livre une œuvre intimiste très pudique dans sa manière de mettre à nu ce personnage de clown triste – il joue dans des spectacles de maternelle - en quête de rédemption. Par contre, le film souffre par moment de ne jamais vraiment pouvoir installer une complicité forte avec les spectateurs, l’aspect fabriqué de la mise en scène écrasant tout.

Heureusement, dans le rôle titre, Joël Lefrançois porte le film à bout de bras. Dans un rôle dont on ne sait pas toujours s’il s’agit d’une composition, il apporte de l’épaisseur à cet obèse solitaire et touchant dont ce beau film raconte la renaissance.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)