sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Le Seigneur des Anneaux : Les deux Tours de Peter Jackson
Avec : Elijah Wood, Ian McKellen, Viggo Mortensen, Sean Astin, John Rhyes-Davies, Christopher Lee Miranda Otto, Andy Sarkis
NON !

Suite de l’adaptation de l’œuvre de Tolkien, Les deux Tours commencent là où La Communauté de l’Anneau se termine. Sam et Frodon transportent toujours le précieux anneau et s’aventurent, guidés par le mystérieux Gollum, dans les terres hostiles de Mordor, tandis que Legolas, Aragorn et Gimli se retrouvent liés au royaume de Rohan, menacé par les armées de Saroumane.

Dès les premières séquences, le constat s’impose, on se fout de notre gueule ! Si le premier film souffrait d’une lente exposition, il s’accompagnait d’un souffle épique et d’un grand soin apporté à la réalisation de l’ensemble, et il dégageait une certaine magie, totalement absente ici.

Difficile en effet de s’intéresser au film quand la première partie manque totalement de repères. En effet, ceux qui ont oublié les enjeux du premier volet ou qui n’ont pas acheté le super DVD Collector auront la désagréable impression d’être laissés sur le carreau. Plus ennuyeux, la construction du film énerve en mélangeant les intrigues et les point de vues, désarmorçant les principaux temps forts du film. Pire que tout, on ne compte pas les temps morts et autres scènes de mièvrerie encore plus nombreuses et surjouées que dans L’Attaque des Clones (ce qui n’a semble-t-il gêné personne !).

Alors on attend pendant deux heures la grande bataille finale (parce qu’au bout de quarante minutes on a deviné comment cela va se finir !) et là encore on reste sur sa fin par la mise en scène baclée de Peter Jackson. Une fois de plus, le réalisateur change de point de vue en plein coeurde l'action, ce qui diminue fortement l’impact de la bataille, un peu comme si Michael Bay entrecoupait le bombardement de Pearl Harbor de pauses inutiles et crispantes (on se doute que les Ents vont combattre les troupes de Saroumane !).

On pourrait encore citer les effets spéciaux tout juste acceptables (personnages mal intégrés, problème sur les foules…), les incohérences du scénario (la porte dérobée dans la muraille !), les blagues lourdes sur les nains, le jeu ridicule de certains acteurs et surtout l’incroyable campagne de promotion aggressive et le politiquement correct sensé nous faire croire que cette nouvelle trilogie écrase celle de Georges Lucas. Bien sûr, les inconditionnels de l’œuvre de Tolkien devraient adorer mais le pari de toute adaptation consiste à susciter au final l’adhésion du public dans son ensemble. Dans l’état actuel des choses, c’est un échec.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)