sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Novo de Jean Pierre Limosin
Avec : Eduardo Noriega, Anna Mouglaglis, Nathalie Richard, Paz Vega, Eric Caraveca
La règle du jeu.

L'Homme sans passé, Spider mais encore la Mémoire dans la peau, le cinéma aime sonder l'inconscient de ces amnésiques en quête d'identité. Le dernier film de Jean Pierre Limosin aborde ce thème très classique mais en propose une variation les plus originales. Novo, c'est avant tout un jeu comme l'atteste les premières images du film: une filature, des caméras, et un homme quelque peu ingénu violé par une femme. Graham - c'est son nom - souffre en effet d'une amnésie profonde avec pour conséquence l'incapacité de se souvenir d'évènements remontant à plus de dix minutes.

Graham peut néanmoins compter sur la jolie Irène. La jeune femme, amoureuse de lui compte bien l'aider à retrouver la mémoire. Dès lors le film suit le parcours de son héros vers la guérison, le cheminement torturé d'un personnage pour lequel "chaque jour est le premier jour, chaque fois la première fois." La mise en scène de Jean Pierre Limosin sait jouer avec ce paradoxe car tel un enfant, Graham évolue dans un univers dont il ne comprend pas le fonctionnement (cf la première scène). Ainsi, de disgressions en disgressions, le film met à mal les conventions du récit pour une forme narrative très libre mais réellement passionnante. Car à l'image de son héros, le cinéma de Jean Pierre Limosin joue avec ses souvenirs, notamment ceux hérités de la nouvelle vague (A bout de souffle, Jules et Jim...).

Aux côtés de Eduardo Noriega parfait dans le rôle de ce grand enfant amnésique, Novo donne aussi l'occasion de découvrir Anna Mouglaglis dans un rôle nettement moins ingrat que dans le consternant film de Philippe Grandrieux, la Vie Nouvelle. La femme subjugue dans Novo, à l'image de ces références au tableau de Courbet, L'Origine du monde. Irène possède en effet les clés du récit puisque sa passion guide Graham vers la guérison.

Pour ne jamais perdre la trace de Irène, les héros utilisent un système de localisation GPS. Novo associe en effet les technologies les plus modernes avec une futilité bienvenue dans un cinéma d'auteur qui se prend trop au sérieux, rappelant ainsi l'univers cartoonesque de la jeune Amélie Poulain. Un peu à la manière du film de Jean Pierre Jeunet, Novo laisse planer un doux parfum de rêverie et de fantaisie sur le cinéma français.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)