sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Respiro de Emanuele Crialese
Avec : Valeria Golino, Vincenzo Amato, Veronica D'Agostino, Francesco Casisa, Filippo Pucillo
Une femme sous influence.

Présenté lors du dernier festival de Cannes, Respiro s'apparente à premières vues à une chronique sociale située dans une petite ville de pêcheurs. Le temps semble ne pas avoir de prises sur ce paysage de carte postales, perdu quelque part sur une petite île de Sicile baignée par un mer d'un bleu éclatant. Les transistors crachent de vieux standard populaires et les vespa fusent à toute vitesse sur des routes de littoral, en attendant le retour des bateaux. Mère de trois enfants, la jolie Grazia dérange parce qu'elle refuse le poids des conventions locales. La jeune femme, éprise de liberté, étouffe dans ce milieu repliée sur lui même et provoque quelques incidents mineursqui suscitent la désaprobation grandissante des villageois.

Le film ensorcelle par ses partis pris artistiques tranchés. Les jeux de lumière et la photographie transcendent ces paysages siciliens et donne un caractère surnaturel au comportement de l'héroïne. Celle-ci ne parvient plus à supporter sa condition de femme soumise dans un environnement très machiste où les hommes surveillent les femmes, la mère mais aussi la soeur. Les écarts de Grazia peuvent rappeller ceux de Gena Rowlands dans A Woman under the infleuence de John Cassavetes, mais le talent de Crialese consiste à utiliser une nature belle et accueillante, le bleu du ciel et de la mer, pour accentuer cette impression d'enfermement.

Les personnages de Respiro nous sont à la fois proches et éloignés. Proches par les enjeux qui les traversent, les premiers émois des adolescents, la mélancolie, la tristesse, la fascination du fils pour samère fugueuse et éloignés par la mise en scène et l'intemporalité presque irréelle qui en résulte.A l'image du jeune policier, le film manque de repères géographiques comme temporelles.

Poètique, Respiro glisse logiquement vers le fantastique et Emmanuele Crialese orchestre les retrouvailles des villageois - les enfants mettent de côtés leurs rivalités - , le temps d'une cérémonie religieuse où trône un gigantesque bûcher figurant l'alliance de tous les éléments naturels, l'eau l'air et le feu. Plus qu'un film, une réconciliation avec le monde.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)