sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Ginger Snaps (Inédit DVD) de John Fawcett
Avec : Emily Perkins, Katharine Isabelle, Kris Lemche, Mimi Rogers, Jesse Moss
Sorti directement en France en DVD, faute d'avoir trouvé un distributeur, Ginger Snaps est un intelligent film de loup-garou, genre cinématographique traditionnellement le plus faible du bestiaire fantastique. Moins emblématique que le film de vampire (le pouvoir d'attirance sexuel du vampire est certainement plus attrayant que les problèmes de pilosité des loups-garous pour les producteurs hollywoodiens), le film de loup-garou a donné lieu à des navets de classe mondiale (Dog Soldiers cette année, mais encore le loup-garou de Paris, Peur Bleue, la série des Hurlements…) et à quelque rares bons films dont le loup-garou de Londres est probablement le plus représentatif. Incapable de se régénérer comme le mythe du vampire l'a fait dans les années 80 grâce à Kathryn Bigelow et Aux frontières de l'aube, le film de loup-garou était sur une bien mauvaise dynamique que Ginger Snaps pourrait bien inverser.

Ce film utilise au mieux la transformation en loup garou pour illustrer le passage de l'enfance à l'âge adulte et s'intéresse au cas de deux sœurs en retard de puberté dont l'une des deux, Ginger (Katharine Isabelle), est mordue par un loup-garou. John Fawcett analyse les conséquences de la transformation/puberté sur les relations des deux sœurs. Le spectateur y retrouve sans en avoir l'air nombre des thèmes exploités dans A ma sœur par Catherine Breillat.

Sous ses faux airs de teen movie, Ginger Snaps est un film plus subtil qu'il en a l'air qui aborde et détourne tous les thèmes classiques de ce type de film. Ainsi le réalisateur n'a pas peur de transformer Ginger en nymphomane, Mimi Rogers (épatante) en mère prête à tout pour sauver ses filles, et d'inclure une bonne dose d'humour noir (cadavre dans le congélateur, jeu de cache-cache avec les parents). Par ailleurs, n'en déplaise aux grincheux, John Fawcett dépoussière le mythe et renvoie au placard les balles en argent : la lycanthropie se transmet par voie sexuelle et un remède existe…

Ginger Snaps est donc une bien agréable surprise, parfois touchant (cf ses ressemblances à Créatures Célestes de Peter Jackson) et il est dommage que ce film n'ait pas fait au moins l'objet d'une sortie technique en pleine été alors que nombre de mauvais films se payent le luxe d'une sortie en salle.

Le DVD

Distribué par Tf1 vidéo, le film fait l'objet d'un DVD foutage de gueule comme seul Tf1 sait en concevoir. Plutôt que d'inclure des pseudos suppléments (super! Les liens internet vers tf1.fr, dommage! Ils n'ont pas pensé à inclure une fimographie) ils feraient mieux de laisser le film tranquille et de ne pas y inclure de supplément du tout. Au moins le spectateur n'aurait pas été pris par surprise…
G.P.L. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)