sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Après la vie de Lucas Belvaux
Avec : Gilbert Melki, Dominique Blanc, Ornella Muti, Lucas Belvaux
Chanson des mal aimants.

Pascal Manise n'a pas hésité longtemps. Afin de protèger sa femme morphinomane, le policier a décidé de lui fournir lui même ses doses quotidiennes. Sans états d'âmes, il ferme les yeux sur les actions du parrain local, un certain Jacquillat, en échange de drogue. Mais un jour, Bruno Le Roux, un militant de la gauche radicale, prêt à tout, s'évade de prison et vient règler ses comptes avec le milieu grenoblois. Jacquillat presse Pascal de l'aider à éliminer cet ancien complice, ce que le policier refuse pour des raisons d'éthique. Pour « l'aider à réfléchir », le parrain décide de ne plus lui fournir les doses de sa femme. Celle-ci, plongée dans un terrible état de manque, arpente les rues de Grenoble à la recherche de drogue. Elle croise Le Roux...

Après la Vie arrive comme une cerise sur le gateau après Cavale et Un Couple Epatant. A travers l'examen de conscience de Pascal Manise, Lucas Belvaux se livre à une remise en question de la trilogie et donne quelques réponses à des questions laissés en suspens dans les deux précédents volets. Plus que dans Cavale, le réalisateur se livre à une relecture des autres films, chose d'autant plus aisée que le policier incarné par Gilbert Melki apparaît bien comme le personnage central du dispositif. Certaines scènes se reproduisent, vécues sous des angles ou à travers des personnages différents. Surtout le film effectue la synthèse parfaite de Cavale et de Un Couple Epatant.

Quelque chose de beau et de fort traverse ce mélodrame poignant, quelque chose d'authentique, les blessures, les déchirures de personnages en quête de rédemption. Lucas Belvaux compose une partition mélancolique, remarquable dans sa capacité à saisir la vérité des personnages. Sombre et écorché vif, Pascal Manise dépend autant de sa femme que cette dernière de la drogue qu'il lui fournit. Parfaitement antipathique dans Un Couple Epatant, il encaisse les coups avant de finalement sortir de l'ornière dans une promesse de bonheur avant la mort qui vient conclure d'une note d'optimisme cette oeuvre grandiose.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)