sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


En attendant le bonheur de Abderrahmane Sissako
Avec : Khatra Ould Abdel Kader, Maata Ould Mohamed Abeid, Mohamed Mahmoud Ould Mohamed, Nana Diakité
Jadis, l'Afrique cet ailleurs si passionnant attirait les aventuriers, tel Arthur Rimbaud, pour une promesse d'aventure et d'exotisme, un nouveau départ. Aujourd'hui, ce continent se meurt, victime des guerres et des épidémies mais surtout de l'indifférence général de la communauté internationale. Croisement des destins de personnages très différents, le dernier film de Abderrahmane Sissako se fait l'écho de tout un continent laissé à l'abandon...

L'action se situe dans une petite ville pêcheurs de Mauritanie, point de transit entre l'Afrique et le reste de monde. Le jeune Abdallah rejoint sa mère pour quelques jours, le temps de quitter les lieux pour l'Occident. Un vieil homme enseigne à un jeune apprenti les rudiments du métier d'électricien. Une femme apprend le chant et la musique à une petite fille. D'autres habitants traînent leur lassitude mais aussi de fragiles espoirs...

Abderrahmane Sissako compose ici une gallerie de personnages insolites en proie à un malaise existentiel tenace, Abdallah, par exemple, tiraillé entre sa fascination pour l'Occident et des traditions qu'il n'assume pas. (il ne parle pas la langue de sa mère et s'habille à l'européenne). Le film explore ainsi différentes pistes mais pêche par une intrigue trop fragmentée, si bien que trop souvent, une impression d'ennui vient s'emparer du spectateur.

Pourtant, En attendant le bonheur, recèle de moments de pure poésie notamment l'évocation de ce personnage chinois et son touchant numéro de karaoke. Plusieurs cultures se rencontrent dans ce film qui par ailleurs illustre à plusieurs reprises le thème de la transmission du savoir, la langue entre Abdallah et son petit professeur, l'éléctricité entre Maata et Khadra. Mais le tragique rattrappe aussi le film à travers le sort de ces hommes dont l'océan rejette les corps, ou dans ces scènes poignantes où se lit le désespoir du viel homme, ses vaines tentatives pour illuminer le désert. Une séquence fulgurante pour figurer le destin tragique de tout un continent.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)