sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Dark water de Hideo Nakata
Avec : Hitomi Kuroki, Rio Kanno, Mirei Oguchi, Asami Mizukawa
L'eau croupissante, stagnante qui s'infiltre dans les murs et s'écoule goutte à goutte, la pluie qui tombe, de façon continue. Ce type de pluie qui fait se sentir poisseux, sale, comme dans Seven de David Fincher. Voilà ce qui constitue la matière première de Dark Water. Une eau qui s'insinue partout et qui loin de purifier ses personnages emporte tout sur son passage.

Yoshimi Matsubara vit une épreuve difficile. Elle vient de divorcer et essaye de relancer sa vie en compagnie de sa fille de 5 ans Ikuko dont elle se dispute la garde avec son ex-mari. Sans travail, à la recherche d'un logement, Yoshimi atterrit dans un immeuble vaguement insalubre et dans un appartement dans lequel l'eau s'infiltre doucement mais sûrement.

Les films de maison hantée souffrent la plupart du temps d'un défaut de construction, passées les traditionnelles scènes d'exposition, l'intrigue manque de ressort et le film s'enterre dans des sempiternels clichés sur le réel et le rêvé, sur la possession, mais en ne réussissant que rarement à faire peur et encore plus rarement à captiver ses spectateurs. On tombe systématiquement dans le gothique, comme si ce modèle ne pouvait pas être dépassé. Et les réalisateurs sont obligés d'utiliser des "trucs" scénaristiques pour tenir la distance (cf le retournement final des Autres d'Amenabar). Magistralement, Dark Water vient inonder tous les clichés habituels pesant sur ce type
de films.

La construction du film est classique en surface, sous forme de spirale. Yoshimi se voit obliger de faire face à toutes sortes de tensions dans sa vie quotidienne, et chaque événement est comme une goutte qui vient remplir le réservoir nerveux de Yoshimi, jusqu'à ce qu'elle n'en puisse plus et finisse par exploser. Mais Yoshimi ne devient pas folle et c'est la réalité autour d'elle qui se dérobe et devient irrationnelle. Hideo Nakata livre un film de fantôme subtil et surtout, son scénario est très solide. Il accompagne les spectateurs tout au long de l'œuvre et ne recourt pas à la facilité de jouer sur l'ambiguïté réel/imaginaire. Nakata construit son film comme un film horrifique dont l'horreur provient de la banalité, du quotidien et Nakata n'a finalement (courageusement) que très peu recours aux effets spéciaux.

Ainsi, là où les "réalisateurs classiques" instrumentalisent gothique pour installer une ambiance pesante, Nakata nous installe dans une réalité bien tangible. Il refuse de se servir des effets spéciaux pour faire peur, Dark Water rappelle dans cette perspective le travail de Jacques Tourneur sur La Féline ou celui de Robert Wise dans La Maison du diable. La peur est illustrée par l'intelligence de la mise en scène de l'auteur, en utilisant notamment des mouvements de caméras verticaux, Nakata donne littéralement le vertige.
Derrière l'horreur, Nakata laisse poindre une grande poésie. Les choix artistiques opérés par le réalisateur donnent aux spectateurs l'impression d'assister lors de chaque nouvelle scène à un tableau vivant, Nakata tirant ses influences d'un Manet par exemple. Une goutte d'eau qui s'écrase, la mère et sa fille sous la pluie apparaissant comme des fantômes en devenir dès le début du film, tout est prétexte à poésie…

Comme le rappelle le producteur de Dark Water, Takeshi Ichinose : "Dark Water n'est pas un simple film d'épouvante. C'est tout autant un drame intimiste qu'une chronique désabusée rendant compte d'une certaine réalité de la société japonaise. D'autre part les modes n'ont jamais eu de prise sur le succès des films vraiment bons. La mode est une catharsis pour les projets médiocres". Ces propos ont le mérite de la clarté. Après Nakata le déluge…
G.P.L. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)