sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


X-Men 2 de Bryan Singer
Avec : Patrick Stewart, Hugh Jackman, Ian McKellen, Halle Berry, Famke Janssen
Des mutants et des hommes…

L’histoire reprend là où elle s’était arrêtée. Wolverine court toujours après son passé, le méchant Magneto est dans sa prison de plastique, les gamins bizarroïdes mais toutefois pacifistes à l’école spécialisée du Professeur Xavier… Petite piqûre de rappel : dans ce monde, des hommes comme vous et moi en côtoient d’autres dotés de facultés étranges, ce sont des mutants. Ils inspirent la crainte mais les deux catégories humaines coexistent non sans heurts jusqu’à ce que le Président des Etats-Unis réchappe de peu à un attentat perpétré par un mutant. Subissant les pressions de son conseiller militaire Stryker, l’hôte de la Maison Blanche décrète la loi martiale pour tous les mutants…

Bryan Singer semble bien décidé à poursuivre les aventures des super héros de la maison Marvel, il faut dire qu’il n’avait pas convaincu après le coup d’éclat Usual Suspects en signant une adaptation de Un Elève Doué de Stephen King que je n’ai pas vu. Quand X-Men premier du nom sortit, on lui reprocha de ne pas s’attaquer à un vrai film de super héros avec des scènes d’actions dignes de ce nom. Ayant pris conscience de cela, la presse lui a réservé un accueil plus chaleureux allant jusqu’à dire que cette suite est meilleure. Je ne suis pas d’accord.

Certaines scènes d’action sont plus efficaces certes, notamment la séquence d’ouverture à la Maison Blanche mais quand un film commence sur les chapeaux de roues, on est en droit d’espérer que le reste tienne la route. Ce n’est malheureusement pas le cas. X-Men n’était pas inoubliable mais il avait le mérite d’avoir une histoire assez bien écrite avec des référents historiques intéressants (l’extermination des Juifs lors de la Seconde Guerre Mondiale ou encore la fin sur Ellis Island à New York par où les immigrés devaient transiter fin XIXème, début XXème) et aussi de poser les jalons d’une histoire sans trop de lourdeur. Et surtout, il ne se concentrait que sur une poignée de personnages, le tout rondement mené en 105 minutes.

X-Men 2 affiche une durée de 132 minutes soit une demi-heure supplémentaire et on sent la différence car une fois la bonne surprise d’ouverture passée, le film ne décolle pas. Les personnages sont trop nombreux et manque de profondeur (ce qui est en soit le reproche le plus récurrent chez les X-Men). Par conséquent, on ne parvient pas à s’y intéresser, ce ne sont que des super héros fonctionnels à usage restreint : l’indestructible, le téléporteur, la polymorphe, la télékinésique, le feu, la glace etc. Alors on attend que le film se passe en pensant qu’il est loin le temps où Batman (Burton) donnait ses lettres de noblesse à ce genre, où Bryan Singer nous manipulait pour notre plus grand plaisir.
J.F. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)