sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Les Triplettes de Belleville de sylvain Chomet
Avec : les voix de Jean-Claude Donda, Michel Robin, Monica Viegas
Ma grand-mère fait du vélo

Attraction du dernier festival de Cannes, les Triplettes de Belleville est un OVNI cinématographique : film français d'animation ! film quasi-muet !! film d'animation à destination des adultes !!!
Avec toutes ces particularités les Triplettes de Belleville méritait un traitement spécial et un intérêt tout particulier.
Le résultat final est largement à la hauteur des attentes suscitées. Les Triplettes est un film unique, cela ne sera jamais assez répété, une œuvre totalement originale tirant vers le comique de situation de Jacques Tati et l'univers délirant des animations des Monty Pythons!

Madame Souza désespérée par l'enfermement dans lequel se mure son petit-fils Bruno lui offre un vélo. Quelques années plus tard, Bruno sous la houlette de sa grand-mère participe au Tour de France. Au bord de l'abandon, il est kidnappé pour alimenter des paris clandestins. N'écoutant que son amour, Madame Souza part sauver son petit-fils des griffes de la mafia française implantée outre-atlantique.

Autour de ce road movie d'un type particulier, Sylvain Chomet a pu déployé toute son imagination en nous projetant dans Belleville, cité imaginaire, croisement entre Montréal et New-York et en nous présentant une galerie de personnages surprenants, attachants ou inquiétants. Inquiétants car avant tout, les Triplettes est en film cruel où les personnages sont moches et souffrent tous de pathologies psychologiques critiques (même le chien de Bruno est schizophrène). Cet aspect cruel et volontairement caricatural rend le film très adulte dans son traitement. Cette impression est encore accentuée par le graphisme des personnages et des décors qui par leur aspect peut rebuter certains spectateurs mais qui pourtant colle parfaitement au ton du film.

Cette richesse thématique et stylistique est magnifiquement soutenue par le sens du cadrage et de la mise en scène du réalisateur et le montage des Triplettes soutient remarquablement le film qui en raison de l'absence de dialogue aurait pourtant pu paraître un tantinet trop long. En définitive les Triplettes est le modèle à suivre pour l'ensemble du cinéma français, preuve qu'avec de la volonté, de la patience et des idées tout est possible, surtout en matière de cinéma.
G.P.L. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)