sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Les Temps Modernes (reprise) de Charles Chaplin
Avec : Charles Chaplin, Paulette Goddard, Henry Bergman, Chester Conklin, Allan Garcia
Un cri dans le silence

Les Temps Modernes marque un tournant décisif dans la filmographie de Charles Chaplin. Les dernières aventures du légendaire Charlot s’accompagnent d’un discours politique jusque là relégué au second plan dans l’œuvre de ce cinéaste essentiel.

Frappée par la crise financière de 1929, l’Amérique mise sur le productivisme acharné pour relancer son économie. Si les machines font leur apparition, leur utilisation ne facilite pas pour autant la tâche des ouvriers. Ce paradoxe sert de pierre angulaire au film. Il ordonne son discours politique et dans la première partie se révèle une source de gags intarissable. On retrouve ainsi le personnage de Charlot ouvrier au sein d’une immense usine. Entre la présentation d’une cantinière révolutionnaire et cette scène d’anthologie où Charlot est happé par une gigantesque mécanique, Charles Chaplin dresse le constat implacable d’une société toujours plus mécanisée et déshumanisée.

Mais le film va plus loin, notamment quand Charlot, pris pour un leader syndical est arrêté au cours d’une marche de grévistes. Charles Chaplin évoque des thèmes encore tabous comme la répression policière. Il invente surtout un nouveau genre de film, entre mélodrame et chronique sociale. A travers le personnage de la Gamine, alter ego féminin de Charlot, le cinéaste pousse un cri d’alarme d’autant plus poignant qu’il s’agit d’un film muet, le dernier sorti des studios hollywoodien.

Jouant à merveilles avec la bande son et les bruitages, Charles Chaplin excelle à donner vie à ses personnages malgré l’absence de dialogues. Le cinéaste sait aussi retourner à son avantage la moindre opportunité. Ainsi quand Charlot improvise une chanson dans le restaurant sous forme d’un charabia incompréhensible, le film donne le portrait d’un artiste réfractaire à toutes les modes et tous les discours, une figure libre et universelle. Charlot peut se retirer en toute tranquillité, nous ne l’avons toujours pas oublié.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)