sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Pirates des Caraïbes de Gore Verbinski
Avec : Johnny Depp, Geoffrey Rush, Orlando Bloom, Keira Knightley, Jack Davenport
Marins d'eau douce

Il faut bien reconnaître que ce bon vieux Jerry Bruckheimer est imbattable lorsque qu'il s'agit de vendre ses productions. Cette fois son accroche était de dire que Pirates des Caraïbes était le premier film inspiré par une attraction de fête foraine (en l'occurrence l'attraction de Disney éponyme). Bien évidemment n'importe quel autre film de pirate aurait pu se revendiquer de ladite attraction et bien évidemment tous les médias ont repris l'information telle quelle sans même imaginer qu'on se foutait de leur gueule. Cela s'appelle le marketing et le résultat est inespéré, Pirates est un succès mondial et s'est même offert la toison de Matrix Reloaded.

La recette du succès, outre son incroyable argument marketing repose sur un cocktail d'aventure et d'humour. Tous les clichés du film de pirates ont été réunis comme il se doit : bataille navale, rhum, femmes, anglais, trésor, etc… En fait l'intrigue de Pirates des Caraïbes, ressemble étrangement à celle de Pirate de Roman Polanski, sauf que cette fois-ci le réalisateur se nomme Gore Verbinski (La Souris, Le Cercle) et qu'il est incapable d'obtenir un résultat satisfaisant avec sa caméra dès que l'action s'emballe et qu'il est obligé de quitter le format sitcom champ/contrechamp. Comme en outre les films de Polanski ne sont pas des succès aux Etats-Unis, la manipulation est passée a peu près inaperçue.

Dans ces conditions, avec un Johnny Depp cabotin comme jamais (ou presque cf Las Vegas Parano), des effets spéciaux pour toute la famille, de l'action non-stop, de l'amour et de l'humour, le spectateur passe envers et contre tout un bon moment… ou plutôt en a pour son argent sans jamais se demander ce qu'il alla faire dans cette galère.

Le reste à vrai dire n'a que peu d'importance tant les acteurs à l'écran et les enfants dans la salle éprouvent du plaisir.
Pirates des Caraïbes étant à Pirate et aux film de pirates ce que La Momie est à Indiana Jones et au film d'aventure en général, le spectateur jaugera de lui-même l'étendue des dégâts.
Pour la peine, tout le monde est de corvée Des Brigadiers de Moonfleet et de Captain Blood, mille milliards de mille sabords !
G.P.L. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)