sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Terminator 3 de Jonathan Mostow
Avec : Arnold Schwarzenegger, Kristanna Loken, Nick Stahl, Claire Danes, Mark Hicks
Meurs un autre jour

Le dénouement de Terminator 2 laissait entendre que le Jugement Dernier avait pu être évité. Effectivement, dix ans plus tard, le monde civilisé continue sa folle expansion. John Connor, lui préfère se faire oublier : pas de carte de crédit, pas de pièce d’identité, le jeune homme mène l’existence d’un marginal solitaire et sans attaches. Mais Skynet ou plutôt une nouvelle version du programme aux mains de l’armée américaine, ne l’a pas oublié. Le réseau informatique envoie donc depuis le futur, TX, une androïde de nouvelle génération, préparer l’avènement des machines et détruire John Connor. Mais une fois encore, la résistance parvient à envoyer un autre Terminator pour protèger son leader. Une nouvelle bataille commence…

Ce troisième volet étrange compile des élèments des précédents épisodes (la violence du premier, l’histoire du second…) tout en y intégrant la vision de Jonatan Mostow., un second degré parodique parfois amusant mais surtout une noirceur désespérée que l’on croyait disparue avec les années 70. Terminator 3 demeure en effet un film très sombre, encore plus que les opus réalisés par James Cameron. Rarement un film d’action n’aura porté à ce point l’idée de l’effondrement de la civilisation et la fin programmée de l’humanité.

Au milieu de ce désastre annoncé, Terminator 3, orchestre le combat de titans que se livre les deux machines. C’est la partie la moins réussie du film. Kristanna Loken manque cruellement de charisme pour jouer l’adversaire d’un Schwarzenegger au mieux de forme. Surtout, le film ne parvient pas à se defaire de l’héritage de James Cameron. Si les scènes sont toujours plus spectaculaires et correctement mises en boîte, elles n’atteignent pas l’intensité des deux premiers épisodes. Elles épatent mais ne fascinent pas.

Finalement, Terminator 3 déçoit là où l’on s’y attendait le moins, sur le plan de l’action et de son découpage trop abrupt. Il serait pourtant bête de passer à côté. A contre courant des autres blockbusters, Terminator 3 se distingue par un scénario osé, avec en point d’orgue un dénouement en forme de renoncement alors que les machines continuent à s’entretuer. Une conclusion désespérante mais est ce vraiment la fin ?
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)