sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Horizons Lointains : La Comédie Humaine de Hung Hung
Avec : Chang Ling-hsien, Wen Chih-xing, Chao Tzi-chiang
La Comédie Humaine est une adaptation d'un classique de la littérature chinoise : les Contes des 24 piétés filiales de Confucius. Le réalisateur Hung Hung adapte dans le Taiwan d'aujourd'hui quatre des principes devant régir les relations entre un enfant et ses parents.

Ainsi, une jeune vendeuse de chaussures n'existe qu'à travers sa passion pour Tony Leung une star de la canto-pop. A-Xing joue dans une pièce de théâtre d'avant garde mis en scène par un dramaturge malade du SIDA. Supposé jouer une scène nu, il est tiraillé par les exigences de son auteur et par la présence de sa mère dans le public. Cerné par les cafards, un jeune couple essaye d'acquérir un nouvel appartement. Darren affronte un typhon pour venir en aide à son ex-femme malade avec qui il n'a pas totalement rompu les liens.

Sous ses faux-airs de comédie, la Comédie humaine se révèle être une œuvre pleine de sensibilité et de tendresse. La comédie n'est qu'un prisme dévoilant un portrait de Taiwan grave et sans concession. A travers ces différents portraits, Hung Hung balaye le spectre du Taiwan contemporain dans toute sa profondeur. Que ce soit pour aborder le mal être de la jeunesse taiwanaise, le SIDA ou la solitude, Hung Hung s'y prend toujours avec tact et précision, transformant quelques tranches de vie en réflexion sur la nature humaine. Alors que le spectateur rit joyeusement tout le long du film, il quitte la salle avec un goût amer dans la bouche, Triste…

… Et absurde, comme la vie du jeune couple en quête du parfait appartement ou de la jeune vendeuse de chaussures qui tellement dépitée d'apprendre que son idole annule le concert de Taipei, ne le voit même pas alors qu'il se rend dans sa boutique, etc. Le parallèle entre l'antiquité chinoise et le Taiwan contemporain rappelle inévitablement et invariablement l'absurdité des comportements humains tant de nos jours qu'à l'époque de Confucius.

Hung Hung a également mis en place, pour son deuxième film, une structure narrative originale propre à dynamiser son film. Intelligemment, et afin d'éviter de donner l'impression que le film ne soit saccadé, Hung Hung a lié ses quatre fables en faisant se croiser les divers protagonistes, selon une méthode encore récemment utilisé par Paul Thomas Anderson dans Magnolia. Mais là où le film de Hung Hung démontre un savoir-faire supérieur à celui d'Anderson, c'est que Magnolia était un film extrêmement artificiel où les personnages devaient surréagir pour d'exister et où les effets de mise en scène donnaient l'impression de cacher une mauvaise maîtrise technique. La Comédie humaine, au contraire, sous son apparente légèreté parvient fort efficacement à nous faire nous sentir concerné par la vie de ces héros. En ce n'est pas là le moindre de ses mérites.
G.P.L. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)