sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


De l'histoire ancienne de Orso Miret
Avec : Yan Goven, Olivier Gourmet, Brigitte Catillon, Martine Audrain, Jocelyne Desverchere, Stephane Bierry
Olivier prépare un doctorat sur les résistants fusillés par les nazis. Il aimerait rencontrer le père de son ami Guy, un héros de l’organisation secrète qui a miraculeusement échappé à une exécution sommaire. Ce dernier meurt mais Guy cache cette disparition à Olivier. C’est que Guy a du mal à se remettre du décès de son père, Il semble basculer de plus en plus dans la folie…

A l’instar de Sous le Sable, De l’Histoire ancienne raconte un deuil impossible et douloureux. Mais le film de Orso Miret est bien plus riche que celui de François Ozon. Ici, le réalisateur s’intéresse au point de vue des enfants du défunt, l’occasion pour lui de mélanger trois itinéraires indépendants. Il y a Danielle et ses problèmes conjugaux, Fabien qui décide d’héberger sa mère mais qui se rend compte de son inexorable déclin et bien sûr Guy, le moteur du film.

En effet, ce personnage central permet au réalisateur de s’interroger sur le devoir de mémoire et sur ceux qui peuvent le transmettre. Guy ment sciemment à son ami Olivier car il doute des motivations de ce dernier. Témoin de cette folie qui le saisit petit à petit, cette scène où il dérobe à son ami un livre de son père qu’il venait de lui remettre. Au fur et à mesure que sa santé mentale se dégrade, les souvenirs de son père se brouillent, et Guy devient incapable de discerner le réel et l’imaginaire, allant jusqu’à s’identifier à un homme que l’on sent admiré mais avec lequel il semble s’être brouillé…

La mise en scène, particulièrement sobre du film étonne dans la mesure où pour un premier film Orso Miret démontre une maîtrise saisissante, jonglant d’une histoire à l’autre avec une facilité déconcertante. Surtout le thème musical du film restitue admirablement bien la fragilité et la détresse des personnages. Extrêmement poignante riche car interprétable selon plusieurs niveaux de lectures, De l’Histoire ancienne marque la révélation d’un auteur à suivre de très près. Une œuvre grave mais magnifique.



J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)