sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Mystic River de Clint Eastwood
Avec : Sean Penn, Kevin Bacon, Tim Robbins, Eli Wallach, Tom Guiry
Un mal qui répand la terreur

Dès les premières images, Mystic River affirme ses choix radicaux. De jeunes garçons jouent en bas de chez eux. Ils décident de graver leur nom dans une plaque de ciment fraîchement posée. Une voiture s’arrête, un homme en descend, sermone les enfants et embarque l’un d’entre eux.

Le quartier apprendra plus tard que le jeune garçon a été enlevé, sequestré et violé par les mystérieux occupants de la voiture. Jouant avec les symboles, Clint Eastwood malmène d’emblée l’église et la police, deux des institutions morales les plus influentes de ce quartier populaire de Boston. Un malaise diffus s’étend au sein de cette petite communauté irlandaise, un mal profond voué à se transmettre de générations en générations…

Vingts cinq ans plus tard, les trois jeunes garçons, Dave, Sean et Jimmy se retrouvent à l’occasion du meurtre de la fille de ce dernier. Sean, devenu inspecteur de police mène l’enquête, et se charge de réconforter son ami, animé par une terrible soif de vengeance. Ses soupçons se portent tout naturellement sur Dave, père dépressif et déseuvré qui n’a jamais pu surmonter la terrible agression dont il fut la victime…

Clint Eastwood continue une saisissante réflexion sur les valeurs de l’Amérique à l’épreuve du temps et de la violence. Justice expéditive, poids de la culpabilité, l’acteur développe ses thèmes de prédilection avec une rare lucidité. Mystic River ne mène qu’au néant, la fin des illusions et le retour d’une barbarie qui ne veut pas dire son nom.

Pour Eastwood, il y a une relation de cause à effet évidente entre le puritanisme affiché de ses personnages et la violence de leur actes, notamment quand la femme de Jimmy en appelle à la loi de Lynch. Le film se clôt ainsi sur une parade dérisoire, véritable parodie de justice où les comptes ne sont réglès qu’en apparence. Quelque part, loin du tumulte, une mère pleure son mari et son fils d’ores et déjà condamné par cette intarrissable source du mal.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)