sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Intolérable Cruauté de Joel Coen
Avec : George Clooney, Catherine Zeta-Jones, Julia Duffy, Paul Adelstein , Jonathan Hadary
Cynique et chic

Avec Intolérable Cruauté, les frères Cohen continuent leur passionnante étude du cinéma de genre américain, après entre autres le film de gangsters (Miller's Crossing) ou le film de détective privé (The Big Lebowski), les deux frères s'attellent à la comédie de remariage pour livrer une vision peu orthodoxe dans le panorama américain de l'amour à la hollywoodienne.

Miles Massey (Georges Clooney) est le plus brillant avocat américain dans sa spécialité : le droit du divorce. Magicien des prétoires, il arrive à retourner les cas les plus inespérés. Riche, brillant, envié, il connaît ce que d'aucun qualifierait de "midlife crisis". Manquant d'adversaire à sa mesure, sa rencontre avec Marylin Rexworth (Catherine Zeta Jones) l'entraîne dans une succession d'évènements aussi incontrôlables qu'inattendus.

Furieux réquisitoire anti-mariage, Intolérable Cruauté souffre avant tout de la campagne de promotion de Universal qui a décidé de vendre le film comme la énième version de l'avocat qui tombe éperdument amoureux de l'adversaire de son client. Une présentation aussi maladroite du film des frères Cohen montre l'étendue du malentendu à Hollywood sur les réelles intentions des deux frères.

Pour le spectateur malgré tout décidé à faire fi des arguments de vente des studios, Intolérable Cruauté ne peut que se révéler être une agréable surprise. Humour mordant, duo Clooney-Zeta Jones fonctionnant à merveille, le nouveau film des frères Cohen est comme à leur habitude, une excellente combinaison de cinéma grand public et de cinéma d'auteur avec une réflexion particulièrement intéressante sur l'apparence. Dans cette perspective, le héros du film (Georges Clooney qui rappelle à bien des égards – et à commencer par sa coupe de cheveux- Cary Grant) est un avocat, champion des prétoires, le sophiste par excellence, l'héroïne est elle le plus belle exemple de femina beveryhillus qu'il peut être donné de voir (apprécions au passage le courage des acteurs qui acceptent de se moquer de leur image). Cette démarche est renforcée par le soin apporté aux costumes, aux décors et à l'éclairage.

Fort logiquement, les frères Cohen ont pris le soin de retranscrire ces préoccupations dans le déroulement même de leur film dont les rebondissements successifs jouent au maximum la carte du faux-semblant. Par ricochet, Intolérable Cruauté démonte minutieusement et avec brio tous les mécanismes propres au genre de la comédie de remariage sans manquer d'écorner au passage une certaine société américaine. Les frères Cohen livrent avec Intolérable Cruauté une nouvelle démonstration de leur talent qui lui n'est pas qu'une apparence.
G.P.L. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)