sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Notes sur d'autres films (novembre 2003) de JHD
Avec : Jean-Pierre Bacri, Laura Morante, Vincent Dieutre
Notes sur d’autres films

Les Sentiments de Noémie Lvovsky avec Jean-Pierre Bacri, Nathalie Baye, sortie le 5 novembre
Noémie Lvovsky signe ici une comédie bourgeoise très classique et sans aucune originalité. La conclusion laisse en outre le spectateur sur sa faim. (1 étoile)

La Felicita - le bonheur ne coûte rien de et avec Mimmo Calopresti, Francesca Neri, sortie le 12 novembre
Mimmo Calopresti se fourvoie lamentablement dans cette honteuse et hypocrite produsction Besson dans laquelle un architecte culpabilise à la suite d’un accident d’avoir trop d’argent. Il faut le voir se plaindre auprès de simples ouvriers ! Reviens Moretti ! (0 étoile)

Souviens toi de moi de Gabriele Muccino Monica Bellucci, Fabrizio Bentivoglio, Laura Morante, sortie le 12 novembre
Après les trenenaires, les quadras, c’est dire si Gabriele Muccino entend se renouveler ! Un film sympathique mais sans ambition à voir surout pour le personnage incarnée Laura Morante. (2 étoiles)

Michel Vaillant de Louis-Pascal Couvelaire avec Sagamore Stevenin, Diane Kruger, sortie le 19 novembre
Louis-Pascal Couvelaire, pardon Luc Besson adapte les aventures du célèbre pilote automobile. Les personnages restent à l’état de caricatures, les courses sont peu palpitantes. Au final, un résultat fort décevant. (1 étoile)

Mon voyage d’hiver de et avec Vincent Dieutre, Itvan Kebadian, Jorg Neitzert, sortie le 19 novembre
Le long voyage d’un homme et de son fileuil sur les routes d’Allemagne à travers 50 ans d’histoire tourmentée. Un film parfois beau, souvent poètique mais dont la démarche en définitive reste obscure. (2 étoiles)

Le Monde vivant de Eugène Green avec Adrien Michaux, Alexis Loret, Laurène Cheilan, Christelle Prot, sortie le 26 novembre
Eugène Green adapte une légende moyenâgeuse à mi-chemin entre la chanson de gestes et le grand n’importe quoi. L’auteur doit en effet composer avec un budget dérisoire. Ses chevaliers se baladent en jeans, un chien fait office de dragon. Le film tient par la magie de la parole avant un final baclé où même Eugène Green semble ne pas y croire. (2 étoiles). A découvrir en début de séance, le Nom du feu, superbe conte fantastique construit sur le même principe (3 étoiles)
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)