sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Eleni de Théo Angelopoulos
Avec : Alexandra Aidini, Nikos Poursadinis, Giorgos Armenis, Vasilis Kolovos, Eva Kotamanidou

Les Naufragés de l’Histoire

1919. Des réfugiés grecs quittent la ville d'Odessa tombée aux mains de l’Armée Rouge. Un plan magistral reconstitue leur exode vers Thessalonique, le passage vers une autre rive, la promesse d’une autre histoire moins douloureuse. Parmi eux, se trouve Eleni, une jeune orpheline recueillie par Spyros le patriarche de la communauté. Il l’aime et souhaiterait l’épouser, elle lui préfère son fils Alexis. Les deux amants s’enfuient et croisent sur leur route les désordres d’une Europe en pleine ébullition…

Eleni constitue le premier volet d’une trilogie consacrée à l’histoire du vingtième siècle vue à travers trois personnages féminins. Si Théo Angelopoulos travaille ici l’histoire de la Grèce moderne, le film ne se limite pas à ce cadre restreint et évoque par toute une série de symboles l’Europe entière. Ainsi le personnage principal – dont le nom signifie Grèce en grec – renvoie directement à la Mère Courage de Bertold Brecht. Elle paye son amour interdit avec le fils de son protecteur et assiste au long suicide d’une Europe ravagée par la guerre avant de devoir accepter la mort de ses proches.

Théo Angelopulos pourrait se complaire dans cette noirceur revendiquée, il n’en est rien. Fidèle à sa réputation, le cinéaste grec compose une succession de plans époustouflants, au symbolisme peut être trop évident mais à la puissance d’évocation incomparable. Le cinéma de Théo Angelopoulos trouve avec l’Histoire du vingtième siècle le contre champs rêvé pour la réalisation de ses objectifs esthétiques. On pourrait critiquer l’apparente froideur du film et dans une moindre mesure son académisme pompier. Ce serait oublier que Théo Angelopoulos ne laisse jamais rien au hasard. De la composition des séquences à la durée des plans, le moindre détail possède une signification particulière. C'est l’exigence de cette proposition de cinéma à la fois ambitieuse et radicale.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)