sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Adieu de Arnaud des Pallières
Avec : Olivier Gourmet, Laurent Lucas, Michael Lonsdale, Aurore Clement, Axel Bogousslavky

Champs, contre-champs

Menacé de mort dans son pays, Ismael un intellectuel fuit l’Algérie et trouve refuge en France. Il raconte son destin d’émigré clandestin à travers l’évocation du mythe de Jonas. Dans le même temps, quelque part dans France, une riche famille d’agriculteurs s’apprête à célébrer les funérailles du plus jeune des fils, tué dans un accident de voiture. Les enfants entourent le patriarche pour l’aider à surmonter cette disparition sans succès. Porté par une terrible mélancolie, il se laisse progressivement mourir.

Ces deux histoires ne rencontrent pas, du moins en apparences. Le film de Arnaud des Pallières joue avec cette dualité, instaurant un nouveau rapport entre ce qui est montré et ce qui est dit à l’écran. Dans Adieu image et son divergent et offrent deux point de vues différents. Le film gagne ainsi une richesse thématique impressionnante presque intimidante, accentuée par une mise en scène très inspirée. Arnaud des Pallières accorde un soin très particulier au son. La bande sonore expérimentale signée Martin Wheeler construit à elle seule l’ambiance irréelle et angoissante du film. L’image n’est pas en reste. De la lumière à la composition des plans, Adieu replace d'emblée le cinéma français dans la modernité.

C’est aussi un tract politique fort. Un lien tenu relie les différentes histoires. Il s’agit du camion assemblée lors de l’incroyable scène d’ouverture. L’amant de la femme d’un des fils conduit ce camion. Ce véhicule transporte Ismael et réfracte sa condition de clandestin. Une fois encore, sons et images divergent. L’écart produit entre ces images et l’histoire racontée par Ismael (le mythe de Jonas, jeté à la mer puis avalé par une baleine) révolte. La coexistence de ces deux récits dans le film illustre clairement la proposition esthétique du film (multiplier les points de vue, séparer l’image de la bande sonore…) mais aussi sa dimension politique puisque ses deux récits se déroulent sous nos yeux dans la France d’aujourd’hui. En fin de compte, Arnaud de Pallières signe l’acte de naissance rageur d’une forme de cinéma engagé et formellement ambitieuse. Adieu ne dit pas un au revoir, au contraire, c’est un nouveau signal de départ.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)