sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


La Nina Santa de Lucrecia Martel
Avec : Maria Alché, Julieta Zylberberg , Belloso, Mercedes Morán, Alejandro Urdapilleta

Amalia vit dans un hôtel de province tenu par sa mère. La jeune fille chante dans une chorale religieuse locale et s’interroge avec ses amies d’un groupe de discussion sur sa foi et ses désirs. La tenue d’un congrès de médecine dans l’hôtel de sa mère bat en brèche ses certitudes. Profitant d’un mouvement de foule, un médecin s’est en effet frotté contre elle dans la rue. La jeune fille ne sait plus quoi penser d’autant plus que sa mère tombe sous le charme de ce docteur…

On attendait peut être trop du second film de Lucrecia Martel, révélée en 2001 avec La Cienaga. Autant l’avouer tout de suite, La Nina Santa déçoit beaucoup. Si la cinéaste sait peindre avec une certaine justesse les errements de son héroïne et les troubles de l’adolescence, le film échoue à mesure qu’il renonce aux mécanismes les plus élémentaires de la fiction. La cinéaste compose une ambiance mais en aucun cas ne cherche à donner la moindre profondeur à ses personnages. En conséquence, le récit ne décolle jamais. Il lui manque la spontanéïté de La Cinéga, remplacée ici par une sécheresse de ton assez ennuyeuse.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)