sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Innocence de Mamoru Oshii
Avec : les voix de Akio Ôtsuka, Atsuko Tanaka, Kôichi Yamadera, Tamio Oki

2032. Les hommes ont progressivement disparu, remplacés par les cyborgs, des esprits humains enfermés dans des corps mécanisés. L’un d’entre eux, l’inspecteur Batou, assisté de son adjoint Togusa, enquête sur une série de meurtres inexpliqués. Des gynoïdes, poupées conçues à des fins exclusivement sexuelles se retournent mystérieusement contre leurs propriétaires.

Œuvre pratiquement abstraite, le dernier film de Mamoru Oshii ne fait rien pour séduire un large public. Le cinéaste pousse un peu plus loin sa réflexion métaphysique sur l’avenir de l’humain dans un monde de plus en plus mécanisé et désincarné. Ses personnages s’expriment donc à grand renfort de citations abstraites et utilisent un vocabulaire technique incompréhensible pour les néophytes.

Sur la forme, le film déçoit, alternant de superbes scènes réalisées en images de synthèse et d’autres séquences assez bâclées. Ainsi à une parade futuriste ensorcelante et de toute beauté succède un gros plan sur le visage inexpressif de Batou, un manque de cohérence flagrant renforcé par le dénouement décousu qui semble avoir été imposé par la production. Un sujet aussi fort méritait mieux que la prétention de son auteur. Malgré la beauté de certains plans, Innocence reste malheureusement un film inaccessible pour le plus grand nombre.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)