sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Rois et Reines de Arnaud Desplechin
Avec : Emmanuelle Devos, Mathieu Amalric, Catherine Deneuve, Maurice Garrel, Nathalie Boutefeu, Magalie Woch,

La Dame de Pique

2004 année riche pour Anraud Desplechin, commencée avec le modeste Léo et conclue en apothéose avec Rois et Reines. Entre les deux films, un thème commun, l’adoption : Léo trahit son père adoptif Jurieux pour enfin être reconnu pour lui même. Ici un jeune garçon sert de lien entre deux destins à priori disjoints qui finissent malgré tout par se rencontrer par le simple jeu de la mise en scène.

D’un côté Nora Cotrelle, veuve d’un premier mari qui après un second mariage raté, s’apprête à épouser un homme riche mais sans relief. De l’autre Ismael Vuillard, artiste interné bien malgré lui dans un asile et qui tente de se reconstruire. Entre ces deux récits, un enfant, le fils de Nora et de son premier mari. Confronté à la mort imminente de son père, Nora demande à Ismael son second mari, d’adopter Elias qu’il a élevé comme son propre fils du temps de leur vie commune.

Arnaud Desplechin joue avec toutes les possibilités que lui offre le montage alterné. Deux styles s’opposent, une tragédie de plus en plus latente du côté de Nora et une fantaisie burlesque avec Ismael. Les personnages épousent ainsi des trajectoires diamétralement opposées. Ismael renverse la situation et sort de son internement pour reprendre sa vie d’artiste. Malgré la promesse d’un beau mariage, Nora voit elle son destin basculer dans la tragédie. Alors que le souvenir de son premier mari continue de la hanter, elle doit surmonter la mort de son père.

Une scène aussi sombre que belle scelle définitivement son destin. Nora imagine son père récitant son testament, une lettre réquisitoire où il affiche la haine que lui inspire sa fille. Le cinéaste révèle ainsi la véritable nature de son héroïne, son égoïsme et sa volonté de puissance. Nora encaisse chaque nouveau coup avec un aplomb terrible et finit par brûler l’encombrant manuscrit/confession de son père, véritable dame de pique de ce jeu de cartes magistral où chaque entrée figure une facette de la vie.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)