sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Mar Adentro de Alejandro Amenabar
Avec : Javier Bardem, Belen Rueda, Lolo Duenas, Mabel Rivera, Celso Bugallo

La vie de Ramon Sampedro bascule par une funeste matinée de 1968. Le jeune homme tente un dangereux plongeon sans réaliser qu’à l’instant du saut la mer se retirait. Sauvé miraculeusement des eaux, Ramon devenu paraplégique doit désormais affronter une vie bridée qu’il ne peut supporter, cherchant à obtenir le droit de mourir malgré les réticences des autorités…

Alejandro Amenabar porte à l’écran le destin de cet homme hors normes qui secoua l’Espagne au début des années 90 par sa volonté de mourir. Javier Bardem campe ce personnage brisé, empreint de poésie autour duquel tout le récit s’organise, au chevet duquel les personnages se succèdent, une jolie avocate atteinte d’une maladie dégénérative, une jeune femme bientôt sans emploi, sa belle sœur dévouée…

Après quelques incursions dans le fantastique, Amenabar bascule dans le mélodrame mais mélange tout, chronique social, fantastique, film à thèse. Si le film défend à juste titre le droit de son héros à mourir dignement, la mise en scène maladroite multiplie les fautes de goût. Dans une scène, Ramon Sampedro, allongé sur son lit, s’évade littéralement tel un poète en imaginant de vastes et beaux paysages printaniers avant de retrouver son amie avocate Julia sur une plage pour une ballade en amoureux Tout ceci n’est qu’un rêve mais donne l’impression que le héros n’est pas vraiment paralysé. Le film s’emploie aussi à caricaturer le discours des opposants à l’euthanasie – c’est bien de cela qu’il s’agit – à travers la figure improbable de ce prêtre cloué dans un fauteuil roulant et qui invective les proches de Sampedro, coupable à ses yeux de ne pas lui avoir témoigné assez d’amour.

Il se dégage ainsi un profond malaise, l’impression pour le spectateur d’être manipulé, sentiment cependant atténué par quelques belles scènes, celle du drame originel où une main sortie dont on ne sait où sauve Sampedro et le ramène à la surface, ou encore celle de la visite d’une amie enceinte, passage de témoin étrange entre celle qui donnera la vie et celui qui n’en veut plus, passage de témoin logique pour un film qui malgré les revendications de son héros offre une belle leçon de vie.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)