sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Les Démons à ma porte de Jiang Wen
Avec : Jiang Wen, Jiang Hongbo, Kagawa Teruyuki, Yuan Ding
Une troupe de soldats japonais descend en fanfare une colline traversant un petit village chinois. Derrière eux, un baudet braille fièrement . Dès les premières, images Jiang Wen donne le ton: Les Démons à ma porte ne respecte rien ou presque...

L'action du film se déroule dans un village de l'est de la Chine, alors occupée par les japonais. Un soir, un habitant Ma Dasan, en plein rapport sexuel avec sa maîtresse, est dérangé par une voix mystérieuse. Elle lui ordonne de prendre soin de deux sacs qui contiennent deux prisonniers japonais, avec pour mission d'interroger les deux captifs. Menacé de mort, Ma Dasan accepte mais ce cadeau empoisonné met en péril tout le village, situé très près d'un camp japonais. Bientôt des divergences opposent les habitants, en particulier sur le sort à réserver aux deux prisonniers...

L'impertinent. Avec Les démons à ma porte, Jiang Wen livre une oeuvre extrêmement subversive. Le réalisateur se moque de toutes les formes d'autorité qu'elles soient sociales (le mariage...) ou politique (l'armée...). Entre les mains de Jiang Wen, le burlesque se transforme en une arme redoutable. Surtout, le point fort du film, c'est cette faculté à fouiller au plus profond des personnages, à montrer comment ils peuvent se comporter sous la menace ou dans l'urgence. Cela nous vaut d'extraordinaires plans de cinéma où transparaît la nature humaine dans toute sa médocrité! La mise en scène de Jiang Wen ne s'embarrasse pas de détails. Caméra à l'épaule, tourné en noir et blanc, Les Démons à ma porte se regarde comme un grand coup de poing porté au visage.

A la fin du film, Jiang Wen continue, même dans la tragédie à souligner la barbarie des hommes. Il se garde bien de prendre parti, tout en montrant que la barbarie en appelle d'autres. Le film se finit d'aillleurs par une superbe scène en couleur, ultime clin d'oeil d'un cinéaste envers les autoriteés de son pays...
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)