sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Vas, vis et deviens de Radu Mihaileanu
Avec : Yaël Abecassis, Roschdy Zem, Moshe Agazai, Mosche Abebe, Sirak M. Sabahat

Ethiopie 1984. Le Mossad organise l’évacuation de milliers de juifs éthiopiens menacés par la famine et la guerre civile. Une femme fait passer son fils pour un juif et le confie aux sauveteurs qui l’emmènent en Israël où le film de Radu Mihaileanu, remarqué en 1998 avec Train de Vie suit sa longue et difficile intégration.

Le principal intérêt de Vas, vis et deviens réside dans sa capacité à embrasser le destin de tout un pays à travers le parcours initiatique du jeune Schlomo obligé de taire le secret de ses origines. Le film retranscrit sur près de deux heures et demi, vingt ans d’histoire israélienne, de l’accueil des juifs fallachas à la seconde intifada, mettant à jour de nombreux clivages jusque dans la famille d’accueil de Schlomo, des émigrés francophones plutôt de gauche, remarquablement interprétés par Yäel Abecassis et Roschdy Zem, et qui voient s’ébranler certaines de leurs convictions politiques.

Hymne à la tolérance, Vas, vis et deviens fait preuve d’un grand humanisme, peut être trop parfois. A trop vouloir bien faire, Radu Mihaileanu finit par livrer un film extrêmement consensuel à l’image d’un Schlomo toujours plus lisse alors qu’il grandit. La scène finale n’arrange rien : vas, vis mais deviens quoi ? A cette question pourtant cruciale, seul enjeu de ce film touchant à bien des égards, Radu Mihaileanu n’apporte en définitive aucune réponse.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)