sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Team America World Police de Trey Parker
Avec : avec les voix originales de Trey Parker, Matt Stone, Kristen Miller, Masasa, Daran Norris

Fuck yeah !

La Team America regroupe les super-gendarmes du monde. Ils sont aussi efficaces que controversés car ils ont l’habitude de régler les conflits à la manière forte (doux euphémisme !) et de ne pas se laisser malmener par des “pacifistes gauchistes”, emmenés par Alec Baldwin, “le plus grand comédien de tous les temps” (sic). Mais quand Kim Jong-Il, dictateur nord-coréen, veut vendre des armes de destruction massive aux terroristes du monde entier, ils persuadent le sémillant acteur Gary Johnston de mettre ses talents au service de la paix.

Team America World Police marque le retour de Trey Parker et Matt Stone, les deux trublions de South Park : Bigger, Longer & Uncut. Cette adaptation de leur propre série au cinéma était une franche réussite dans le registre de la satire politiquement incorrecte. Avec ce nouveau film, Parker & Stone délaissent le dessin sommaire des sales gosses du Colorado pour les marionnettes sécuritaires de la Team America. Team America fut tourné en un temps record pour une sortie américaine avant les élections présidentielles de Novembre 2004. Ce contexte de sortie lui a été défavorable tant on attendait une farce outrancière à mi-chemin entre South Park et le meilleur du docutainment à l’américaine. Et il est vrai que ces marionnettes façon Thunderbirds exhibent plus souvent leurs tripes (à proprement parler) que leurs créateurs qui orientent leurs attaques sur des cibles de petite envergure : des civils français et égyptiens, un dictateur communiste et des acteurs hollywoodiens pour leur engagement anti-guerre… C’est franchement maigre ; quelques attaques bien senties sur les politiques américains ou les nababs des médias (Rupert Murdoch en tête) auraient été plus que bienvenues.

Pourtant Team America évite le piège de toute récupération politique grâce à la grossièreté du ton et la distanciation des marionnettes. Car, à l’inverse des maîtres de l’animation comme Nick Park ou Henry Selick, Parker & Stone ne recherchent nullement l’audace technique. La gestuelle désordonnée des personnages n’est là que pour souligner la bouffonnerie du film. Aucun allié à la cause de Bush et ses néoconservateurs ne voudrait se voir dans cette Team America composée de beaufs arriérés qui dévastent plus le monde qu’ils ne le sauvent (la violence inouïe du final), et font preuve d’une ignorance crasse quant aux us et coutumes étrangères.

La véritable audace de Team America est de mettre en scène une parodie de blockbuster à la Bruckheimer. Et Trey Parker & Matt Stone remplissent parfaitement cette part du contrat en explicitant la bêtise de la majorité des films du célèbre producteur. De l’introduction du héros jusqu’à la reconnaissance par ses pairs (par le porno scabreux)) en passant par les moments de doute (noyés dans le vomi) puis la rédemption (ou l’art de la fellation comme gage de confiance) : chaque scène est un cliché joyeusement passé à la moulinette scato/gore de Parker et Stone . Les deux zigotos vont jusqu’à entrecouper leur film de chansons au contenu parfois très limite (“Tout le monde a le sida”, “J’ai plus besoin de toi que Ben Affleck de cours de comédie” notamment) mais le grand n’importe quoi de l’ensemble fait tout passer et l’on se surprend à rire énormément au point de prendre un plaisir presque coupable devant cette avalanche de mauvais goût et d’obscénité. On en est pas toujours fier mais, honnêtement, qu’est ce que ça fait du bien !
J.F. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)