sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Batman Begins de Christopher Nolan
Avec : Christian Bale, Liam Neeson, Michael Caine, Katie Holmes, Cilian Murphy

Sans peur et presque sans reproches

Tout recommencer, oublier l’impression navrante laissée par les films précédents, redéfinir l’univers de ce personnage hors du commun, tels sont les objectifs que se sont fixés la Warner et Christopher Nolan. Les adaptations catastrophiques de Joel Schmacher posaient en effet un réel problème: à force de surenchère et de trahisons du matériau original, ces films avaient détérioré le mythe, malgré un succès commercial certain. Batman Begins se propose donc de repartir sur de nouvelles bases, en l’occurrence un script de David S. Goyer. Le scénariste de la série Blade reprend fidèlement les éléments du comics en y apportant sa touche personnelle.

Bruce Wayne n’a que dix ans quand il assiste au meurtre de ses parents, agressés par Joe Chill, un petit malfrat qui cherchait à leur dérober de l’argent. Les années passent et le jeune homme revient à Gotham City avec la ferme intention de tuer l’assassin, tout juste sorti de prison grâce à une remise de peine. Il n’a cependant pas le temps de passer à l’acte : Chill est abattu sous ses yeux sur ordre de la pègre. Apres une dispute avec une amie d’enfance, Bruce Wayne s’embarque sur un cargo et part voyager à travers le monde où il mène la vie de petits criminels dont il entend comprendre le comportement. Repéré par un certain Henri Ducart, il rejoint la Société des Ombres dirigée par Rha’s Al Ghul où il parfait son entraînement. Rejetant néanmoins leur conception de la Justice, il quitte la confrérie et revient combattre le crime dans une ville de Gotham City plus corrompue que jamais.

Christopher Nolan et David S. Goyer livrent ainsi l’adaptation la plus fidèle du personnage. Plus noir que le films précédents. Leur Batman Begins questionne la personnalité trouble du Dark Knight, ses peurs et surtout sa fonction au sein d’une ville de Gotham City gangrenée par le crime et la corruption, entre vigilante partisan d’une justice expéditive et héros au service de la communauté. Familier de ce thème de la quête d’identité (Memento, Insomnia), Christopher Nolan rend ce trouble perceptible avant que le personnage de Ducard ne vienne prouver au jeune Bruce Wayne qu’il vaut mieux que ses adversaires. Le réalisateur déploie avec un certain talent un film de super héros de facture classique mais efficace. Batman Begins n’est cependant pas exempt de quelques défauts (une séquence de combats sur les docks peu lisible, un personnage de l’Epouvantail peu exploite) mais après les adaptations navrantes de Joel schumacher, il sonne clairement l’heure de la résurrection.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)