sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Sin City de Robert Rodriguez et Frank Miller
Avec : Bruce Willis, Mickey Rourke, Jessica Alba, Clive Owen, Rosario Dawson, Carla Gugino, Benicio del Toro

Plongée dans la nuit

Basin City, une ville tellement rongée par le vice et la corruption que ses habitants l’ont rebaptisée Sin City. Une ville où les assassins embrassent leurs victimes avant des les achever d’une balle de silencieux, un univers impitoyable peuplé de figures meurtries et mélancoliques, véritable hommage au film noir, tout droit sorti de l’imagination du génial Frank Miller.

Tous ces éléments, les fans pourront les retrouver dans cette adaptation très fidèle. Frank Miller en personne et Robert Rodriguez adaptent en effet trois livres de la série. Dans le premier segment, un policier proche de la retraite tente de sauver une fillette de onze ans des griffes d’un dangereux pédophile. La seconde partie met en scène Marv, une brute au grand cœur parti venger la mort de sa bien-aimée, une prostituée prénommée Goldie, assassinée par un psychopathe sanguinaire. Enfin, dans le dernier segment Dwight tente d’éviter une guerre sans merci entre la police et un groupe de prostituées farouches emmenées par la redoutable Gail.

Même si l’exercice se résume bien souvent à décalquer sans véritable travail de réécriture les planches de la bande dessinée originale sur grand écran, Sin City impose dès les premières minutes, un univers oppressant particulièrement cinégénique. Porté par un casting impressionnant, Robert Rodriguez et Frank Miller composent une galerie de personnages atypiques aussi meurtris qu’ils sont déterminés dans la violence, comme si la ville avait déteint sur leur personnalité.

Sin City joue ainsi avec l’imaginaire du spectateur en reprenant la stylisation de la violence propre aux livres (représentation du sang, noir et blanc, jeux d’ombres complété par le recours aux hors champs…). Surtout, le film travaille en profondeur la figure du héros hollywoodien à travers surtout deux personnages particulièrement réussis. Il y a Marv tout d’abord, un ancien délinquant inlassablement pourchassé par les autorités, avec une seul idée en tête: venger la mort d’une amante d’un soir. Grimé, le visage défiguré, Mickey Rourke impose une présence remarquable dans le rôle de ce personnage solitaire et mélancolique.

Vient ensuite Hartigan, joué par un surprenant Bruce Willis. Flic sur le retour, il ne vit que pour protéger envers et contre tous Nancy, une jeune femme harcelée depuis l’enfance par un maniaque. Seule sa mort, pourra réellement la mettre en sécurité et arrêter un cycle de vengeance infini résumé ainsi : «an old man dies, a young girl dies», sublime épitaphe de ces héros arrachés à ce monde de violence.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)