sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Les 4 Fantastiques de Tim Story
Avec : Ioan Gruffudd, Jessica Alba, Michael Chiklis, Chris Evans, Julian McMahon

D’où vient cet étrange sentiment de déception au sortir de la projection du film de Tim Story. Peut être bien l’impression d’être passé à cote d’un grand film de super héros. Pourtant après Elektra et Daredevil, on n’attendait pas grand-chose de cette nouvelle adaptation Marvel portée par un casting de vedettes du petit écran et dirigé par le réalisateur de Barbershop.

Les 4 Fantastiques reprend donc l’argument de la bande dessinée originale imaginée par Stan Lee et Jack Kirby. Une famille de quatre scientifiques participent avec un riche industriel qui les finance à une mission spatiale au cours de laquelle, ils subissent des radiations solaires qui altèrent leur code génétique. De retour sur Terre, ils développent chacun des super pouvoirs différents qu’ils devront unir pour contrecarrer les plans de leur ancien mécène devenu fou.

Ces 4 Fantastiques s’inspire très clairement des Indestructibles, en particulier, Tim Story organise son film autour des antagonismes des membres de cette autre célèbre famille. Rejoignant l’esprit des Spiderman de Sam Raimi, il joue aussi la carte du pur divertissement familial, multipliant les gags au cours desquels, les personnages apprennent à vivre avec leurs nouveaux pouvoirs. De toute manière vu le matériau d’origine, il ne fallait pas attendre un film noir dans l’esprit du récent Batman Begins.

Plus léger, le film fonctionne pendant une bonne heure avant d’afficher ses limites, une intrigue dépouillée et un méchant peu exploité, un comble vu l’importance historique du Dr Doom dans l’univers Marvel. Il en résulte une pénurie de scènes d’actions comme si pensé comme une comédie, le film ne devait s’adresser qu’à de jeunes enfants. C’est d’autant plus regrettable que Tim Story démontre un certain savoir faire technique, notamment dans l’emballage final. Sans génie, ce spectacle sympathique a au moins le mérite de poser les bases d’un univers riche qui ne demande qu’à être mieux exploite. A charge pour le second volet de corriger ces défauts.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)