sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Shérif, fais moi peur ! de Jay Chandasekhar
Avec : Johnny Knoxville, Sean William Scott, Jessica Simpson, Burt Reynolds, Willie Nelson, Lynda Carter.

Par souci d’équité, cette critique s’adressera aux deux sexes.

Pour lui: C’est bien connu, on n’a pas encore trouvé la formule magique pour changer le plomb en or. Cette légende s’applique également à l’adaptation de la “mythique série” Shérif, fais moi peur dont chaque épisode n’était qu’une enfilade de poursuites de voitures sur fond de country qui tache, de castagnes dans les bouges de Georgie, et de badinages pas super finauds avec les filles de ferme (misogynie quand tu nous tiens !). Le film reprend donc les clés qui ont fait le succès de cette série pendant sept saisons : narrateur à l’accent lancinant, arrêts sur image, Dodge Charger orangée pour les accessoires. Bo, Duke, Daisy, Oncle Jessie, Rosco, Flash, etc. sont tous de la partie. Mais le scénariste John O’Brien (à son actif, le miteux Starsky & Hutch) a fait les choses à moitié et ne contentera personne dans la mesure où le film délaisse toute l’imagerie des seventies et se focalise essentiellement sur les ploucs buveurs de bière à casquettes maillées, amateurs de grosses cylindrées et de blondasses en mini short. Dans un sens, ce côté ultra régressif ne serait pas pour déplaire si le reste n’était pas autant bâclé. Ce qui faisait le sel de la série, c’était les méchants superbement crétins dont la correction était joyeusement foutraque, ici, on ne les voit quasiment jamais et quand ils daignent se montrer, ils n’acceptent pas l’impératif de débilité pourtant essentiel. Le sauvetage relatif de l’entreprise tient au refus de gommer les personnalités des interprètes des cousins Duke : le Johnny Knoxville que l’on a aimé voir souffrir dans Jackass réapparaît de temps à autre et Seann William Scott est un des seuls dans le casting à élever la nullité assumée au rang d’art. En fait, pour apprécier autant que faire se peut ce spectacle, il faut laisser la franchise Shérif, fais moi peur !, refaire le trajet en sens inverse, le louer en bas de chez soi, le regarder entre potes avec un bon stock de bières et de pizzas et laisser opérer un minimum la nostalgie.

Pour elle: Shérif, fais moi peur pourrait se résumer à cette énumération suivante : grossièreté omniprésente, humour de bouseux décérébrés, éloge de la bêtise absolument consternant, interminables séquences de tôles froissées, misogynie à tous les étages, Jessica Simpson (clone de Britney Spears) ou le prétexte pour exhiber en permanence des nichons turgescents… Vous tenez vraiment à voir ça ?
J.F. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)