sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Paradise Now de Hany Abu Assad
Avec : Lubna Azabal, Hiam Abbass, Kais Nashef, Ali Suliman

Deux amis d’enfance, Saïd et Khaled vivotent sur les hauteurs de Naplouse en Cisjordanie jusqu’au jour où ils sont désignés pour commettre un attentat suicide à Tel-Aviv. Pour Khaled, il s’agit du couronnement de son engagement politique, pour Saïd d’un moyen d’honorer la mémoire de son père assassiné pour collaboration présumée avec Israël.

Hanu Abu Assad ne choisit pas la facilité avec ce sujet fort. La première partie du film tient du rituel, description quasi-documentaire des préparatifs de l’opération, coupe des cheveux, enregistrement de testaments propagande, transformation en véritable bombe vivante. Mais rien ne se passe comme prévu. Repérés à la frontière, les deux jeunes kamikazes doivent rebrousser chemin et s’interrogent désormais sur le bien fondé de l’opération.

Le cinéaste condamne bien sûr les attaques suicides amis il essaie d’y trouver une justification à travers la situation désastreuse des territoires palestiniens, un avenir bouché qui transforme les rêves en aspirations mortifères. Cette posture permet de ménager les deux parties mais elle traduit malheureusement l’absence de point de vue puisque tout se vaut. Surtout, elle aboutit à une vision très formatée de la réalité. Dans Paradise now, le discours politique lénifiant façonne le cinéma et flatte la bonne conscience des spectateurs. Malgré la précision documentaire de la mise en scène et un certain sens du suspens, cela ne suffit pas.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)