sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


La Servante et le samourai de Yoji Yamada
Avec : Masatoshi Nagase, Takako Matsu, Hidetaka Yoshioka

Japon, seconde moitié du XIXème siècle. Le samouraï Kitagari s’inquiète du sort de son ancienne servante, Kie mariée à l’héritier d’une riche famille de marchands. Il finit par retrouver la jeune femme, malade et réduite à l’état d’esclave. Il la libère et l’accueille chez lui où elle reprend des forces aux côtés de sa sœur Shin. Le guerrier éprouve des sentiments évidents pour son ancienne servante mais le code des samouraïs lui interdit d’épouser une femme issue d’une caste inférieure. Alors que les rumeurs fusent, Katagari se voit confié une mission importante pour prouver son honneur: désarmer le chef des rebelles Hozama, son ancien compagnon d’armes.

Vétéran du cinéma japonais, Yoji Yamada signe un film de sabre plaisant à défaut d’originalité. Comme dans le récent et inédit When the Last Sword is drawn, le film accorde une attention particulière à la vie quotidienne des samouraïs, son lot d’entraînements et de conciliabules. Surtout, il offre la description cruelle d’une époque pas si lointaine où les codes des clans régissent la vie des individus. Guerriers émérites, Kitagari doit donc tuer en duel un ancien ami en gage d’honneur pour la tribu. Surtout, il doit sans cesser cacher ses sentiments pour Kie en raison des modestes origines de la jeune femme. Une seule solution s’offre finalement à ce personnage maudit, abandonner son statut et régresser dans l’échelle sociale, choix finalement logique pour celui qui peut dès lors retrouver sa bien-aimée.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)