sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Vento di terra de Vincenzo Marra
Avec : Vincenzo Pacilli, Francesco Giuffrida, Giovanna Ribera, Edoardo Melone

Poussières invisibles

Une petite banlieue pauvre de Naples à la fin des années 90. Une famille essaie de s’en sortir contre vents et marées. Lorsque le père meurt brutalement, son fils Vincenzo doit tenir son rôle : consoler sa mère, trouver un travail afin de subvenir aux besoins des siens. Mais le jeune homme dérape incapable de supporter la pression. Pris de remord après un vol à mains armées, il décide de s’engager dans l’armée italienne…

Malgré son absence, l’image du père tient une place prépondérante dans le second long métrage de Vincenzo Marra. En filigrane, se lit la question de l’héritage du néo-réalisme et son influence sur le jeune cinéma italien. A cette question cruciale, le cinéaste répond par une mise en scène à hauteur d’homme, âpre, cruelle, épaulée par des acteurs non professionnels remarquables qui s’expriment dans un beau dialecte napolitain.

Jusqu’au bout, ils gardent leur silence, leur honneur est tout ce qui leur reste. Vincenzo Marra force peut être le trait et la conclusion peu optimiste n’arrange pas les choses. Il n’empêche qu’en 80 minutes, Vento di terra réussit à nous émouvoir peut-être parce que le film atteint un degré de réalisme saisissant.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)