sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


King Kong de Peter Jackson
Avec : Naomi Watts, Jack Black, Adrien Brody, Thomas Kretschmann, Colin Hanks, Jamie Bell, Andy Serkis

Après une trilogie du Seigneur des Anneaux largement surestimée et destinée à un public de fans de l’œuvre de J.R.R. Tolkien, Peter Jackson trouve avec cette adaptation de King Kong, un sujet plus universel et surtout prometteur. Le cinéaste exauce en effet un rêve de gosse avec cette nouvelle relecture du chef d’œuvre de Schoedsack et Cooper.

Pourtant à l’arrivée, il s’agit d’une nouvelle déception symptomatique de l’industrie hollywoodienne. Si le film reprend la trame de l’original, c’est pour mieux jouer la surenchère. Cette fois, le grand singe se battra avec trois dinosaures. Le film tellement démesuré ne se rend même plus compte de ses échecs, à l’image de la scène de la ruée des dinosaures : scène désordonnée où les acteurs sont mal intégrés, on n’y croit pas un seul instant. Trop d’effets spéciaux tuent les effets spéciaux.

Que dire également de cette scène où le gorille glisse sur la patinoire ? On connaît l’irrévérence du réalisateur des Feebles mais cette scène semble ici hors sujet. Bien sûr, tout n’est pas raté : la description du New York de la Grande Dépression, le final légendaire sur l’Empire State Building, l’histoire d’amour entre l’actrice et Kong – elle joue pour lui – mais ses réussite ne parviennent pas à masquer les défauts du film trop visibles.

Chaque film n’est que le reflet de son époque. Le King Kong de Merian C. Cooper et Schoedsack était agressif et violent à l’image d’une société américaine enferrée dans la prohibition et la grande dépression. Triste constat, les artisans géniaux des années 30 ont laissé la place aux tenants d’une surenchère visuelle et commerciale qui laisse peu de place à nos rêves d’enfants.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)