sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Seven Invisible Men de Sharunas Bartas
Avec : Dmitrij Podnozov, Rita Klein, Denis Kirilov

Cela commence comme un film noir avec le braquage nocturne d’une voiture. Première fausse piste. On retrouve ensuite les braqueurs désoeuvrés dans une chambre d’hôtel, quelques plans magnifiques de visages fatigués comme des fantômes, nouvelle fausse piste. Traqués par les autorités, les truands quittent la ville et partent à la recherche d’une planque, quelque part dans un coin reculé de Crimée.

Cinéaste lithuanien surdoué, Sharunas Bartas accompagne la lente évaporation des ces personnages condamnés à errer dans des paysages totalement désincarnés de la Russie post-soviétique. On ne saura jamais grand-chose du passé ces malfrats, l’essentiel réside ailleurs dans les jeux de lumières flamboyants, les raccords imprécis enveloppant le d’un mystère insondable.

Entraînés par le chef de la bande, les personnages échouent finalement dans une vieille ferme perdue dans la steppe où vivent quelques paysans et où convergent bientôt d’autres complices. Dans leur déchéance, ils finissent par perdre tout lien social, renonçant à la parole et sombrant dans l’alcool au terme d’une immense beuverie, scène fleuve du film qui en pose malheureusement les limites. Sharunas Bartas semble refuser toute ébauche de fiction à ses personnages, voire même toute caractérisation. Les longs plans-séquences finissent alors par lasser voire agacer devant tant de génie gâché par une si sombre et cruelle conception du monde.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)