sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


Munich de Steven Spielberg
Avec : Eric Bana, Daniel Craig, Mathieu Kassovitz, Matthieu Amalric, Geoffrey Rush

Ces images ont fait le tour du monde. Le 6 septembre 1972, pendant les Jeux Olympiques, un commando palestinien baptisé septembre noir assassine onze athlètes israéliens. En représailles, le gouvernement de Golda Meir charge le Mossad de lancer l’opération « Colère de Dieu » à savoir la traque et l’assassinat de tous les membres du commando. 5 agents sont ainsi sélectionnés pour cette mission difficile. Steven Spielberg relate ainsi le parcours de ces hommes, de coups d’éclats sanglants en bavures violentes, de l’assurance au doute …

Munich témoigne d’emblée de l’ambition affichée par le cinéaste depuis plusieurs films: des sujets plus difficiles mais terriblement contemporains à l’image du Terminal (immigration, identité), ou de la Guerre des Mondes (chaos, destruction de l’humanité). La reconstitution de la prise d’otage dans toute sa sauvagerie indique très clairement que le cinéaste n’évolue plus dans le registre du cinéma populaire qui a fait sa gloire. Malheureusement à cette terrible entrée en matière, le film n’apporte que des réponses simplistes ou consensuelles. Ainsi à de nombreuses reprises, le cinéaste dresse de faux parallèles entre les assassins et leurs bourreaux, les rapprochant par un simple jeu de miroir. Steven Spielberg s’émeut littéralement de la mort d’une espionne hollandaise complice du meurtre d’un membre du commando israélien, sauvagement assassinée par le reste de l’équipe. Evidemment que la guerre est cruelle, elle est même cynique mais cette notion de cynisme ne doit pas exister dans l’univers de Spielberg.

Il n’empêche que les doutes des agents du Mossad sont légitimes car leur mission ébranle leurs convictions avant de progressivement provoquer leur perte. Seul survivant, Avner retrouve finalement sa femme et son fils partis s’installer à New York. Mais quand il embrasse sa compagne, il ne peut oublier les images de la tuerie du 6 septembre, obligé de vivre avec des pulsions de mort désormais enfouies au plus profond de lui.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)