sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


De particulier à particulier de Brice Cauvin
Avec : Laurent Lucas, Hélène Fillières, Anouk Aimé, Anthony Roth Costanzo

Philippe et Marion projettent de partir à Venise. A la gare où ils accompagnent leurs enfants, ils découvrent abandonnée par un homme d’origine étrangère, une valise bourrée de billets. Renonçant à voyager parce qu’ils n’en ont plus envie, ils s’amusent néanmoins à faire croire à leurs proches qu’ils sont réellement partis en vacances jusqu’au jour où ils reçoivent des photos de ce séjour imaginaire.

Le style de cette comédie de remariage en trois temps – euphorie, séparation, retrouvailles – rappelle Un Homme, un vrai des frères Larrieu mais Brice Cauvin innove en mêlant comédie et géopolitique contemporaine. Cette valise abandonnée et ses billets qui ne demandent qu’à être dépensés servent de révélateur des fissures de ce couple rongé par la paranoïa, peur terroriste ou simple expression de la jalousie. Surtout pour Philippe, il y a la révélation de lointaines origines juives et son amitié avec un jeune baryton.

A ce stade, le film délaisse le rythme insouciant de la comédie pour un ton plus sombre : Philippe et Marion pourtant si complices décident de se séparer. De particulier à particulier a du mal à s’en relever peut être parce que cette rupture n’est pas consommée à l’écran. Il en découle un flou scénaristique dommageable dont se sort in extremis Brice Cauvin grâce à des retrouvailles inattendues. Philippe part retrouver Marion en Syrie où elle a accouché de leur troisième enfant pour une conclusion toute en symboles, celle de la réconciliation du couple avec en toile de fond le dialogue entre l’Orient et l’Occident.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)