sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


L'Imposteur de Christoph Hochhaüsler
Avec : Constantin von Jascheroff, Manfred Zapatka, Victoria Trauttmansdorff

Armin, âgé de dix huit ans s’ennuie mortellement dans une petite banlieue pavillonnaire de Mönchengladbach. Les entretiens d’embauche ne donnent rien, l’adolescent communique mal malgré sa bonne volonté et le soutien de parents qui aimeraient bien voir leur cadet entrer dans la vie active. Enfermé dans cette impasse, Armin trouve un échappatoire en s’accusant d’un crime qu’il n’a pas commis : il adresse même une confession à un journal local…

Remarqué avec Le Bois Lacté, sorti sur les écrans français pendant l’été 2004, Christoph Hochhaüsler signe le portrait singulier d’un adolescent en perte de repères. Le personnage d’Armin prolonge en un sens les personnages de Léa et Konstantin, les enfants du Bois Lacté, livrés à eux mêmes dans une Pologne transfigurée en une inquiétante terre de conte de fée peuplée à la fois d’ogres et de princes.

A la fin de ce film, les deux enfants erraient sur les routes et cette errance semble se poursuivre ici. Ce n’est pas un hasard si Armin trouve un certain refuge près des autoroutes, lieu de tous les possibles car le corps social est verrouillé : les personnages n’existent qu’à l’état de marionnettes parce qu’ils doivent se plier à toute une série d’artifices, fêtes de famille, entretiens d’embauche où le héros et ses employeurs potentiels ne donnent jamais l’impression d’être à leur place.

On peut néanmoins regretter certaines digressions, notamment l’évocation des fantasmes du héros pour d’étranges motards ou cette scène où le héros se caresse dans sa baignoire. Simplistes, ces séquences introduisent une connotation érotique doublée de pulsions homosexuelles sans aucun intérêt. Au contraire, elles brouillent le propos du film en affichant une certaine trivialité qui va à l’encontre de l’ambiguïté de cet univers, une ambiguïté qui constituait le point fort d’un film comme Le Bois lacté et qui manque cruellement ici.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)