sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

Présentation du dossier Bret Easton Ellis de S.L & J.H.D.
 

Patrick, Victor, Helen, Sean et les autres…

« Ce qui me semble beau, ce que je voudrais faire, c’est un livre sur rien, sans attache extérieure, qui se tiendrait de lui même, par la force interne du style. » Ce rêve, nul ne sait vraiment si Flaubert l’a réalisé, mais un jeune romancier américain se rapproche livre après livre de cet idéal.

L’œuvre de Bret Easton Ellis met systèmatiquement en scène des vies minimales. Cela ne signifie pas pour autant qu’il ne s’y passe rien, au contraire ses romans abondent de sexe de drogue et de violence. Mais tout repose ici sur le style, des formes de narration sans cesse renouvellées, la multiplication des points de vue, un rythme insuflé tout au long des livres par les références musicales, Rock’n Roll comme dirait Sean Bateman. C’est ce qui fait exister ces personnages souvent riches et célèbres qui ne ressentent aucune émotion. « On peut mourir sans s’en rendre compte à Los Angeles », annonce le narrateur de Moins que Zéro, rarement la mort n’aura paru aussi anecdotique, la violence aussi futile. Pour certains comme Patrick Bateman, il s’agit presque d’un divertissement une manière de combler le vide de l’existence.

Cette violence met pourtant à jour un profond malaise dans la civilisation occidentale. Plus qu’une perte de repères, elle scelle la fin d’un modèle social démocrate, héritée de la seconde guerre mondiale (voire à ce sujet, le discours politique de Patrick Bateman, jeune financier fasciné par Ronal Reagan) et ouvre la voie à de nouvelles barbaries beacoup plus subtiles, comme la mode perçue à travers Glamorama comme une forme de terrorisme intellectuelle. Miroir d’une société où le paraître prédomine, l’œuvre de Bret Easton Ellis ne fait qu’accompagner notre perte progressive d’identité. Ses personnages impassibles et interchangeables nous représentent comme nous sommes et pas comme nous souhaiterions nous voir. Dernier clin d’œil de ce reflet cruel mais essentiel.


Au programme:

Bret Easton Ellis ou le choc américain…

Ses livres:
Glamorama
Zombies
American Psycho
Les lois de l’Attraction
Moins que Zéro

Autour de son œuvre:
Hors la loi à propos de Frisk de Dennis Cooper.
Bret Easton Ellis au cinéma, Les Lois de l‘Attraction et American Psycho.

NB : Retrouver tout l’été l’actualité des livres au fil des articles dans notre rubrique littéraire…


 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)