sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

L'Histoire de l'Amour de Nicoles Krauss, Gallimard
 
Les Absents

Léon Gursky se sent bien seul. Lui qui a échappé à une mort promise par les nazis en devenant un homme invisible fait un effort pour être vu. Il attend désormais son heure en compagnie de Bruno qui lui rappelle un ami d’enfance. Auteur d’un roman disparu, il se remet à écrire et ressuscite les souvenirs de sa Pologne natale.

Non loin de là, Alma, 14 ans essaie de se souvenir de son père, mort quand elle était enfant. Pour l’heure, elle apprend à survivre dans les environnements les plus hostiles tandis que son jeune frère se prend pour le nouveau Messie. Surtout sa mère essaie de traduire de l’espagnol un roman dont l’héroïne porte le même prénom que la jeune fille. Ce livre, l’Histoire de l’Amour a bouleversé la vie d’un écrivain exilé au Chili bien des années auparavant.

Le second roman de Nicole Krauss travaille ces liens invisibles qui unissent tous ces destins singuliers, brisés par l’absence d’un père, d’une femme ou d’un ami. Chaque personnage doit ainsi surmonter la disparition et composer avec un deuil rendu impossible, ce que Litvinoff appelle vivre avec la vérité : Pas l’accepter mais vivre en sa compagnie.

Les absents hantent ce livre admirable, en particulier le vieux Léon Gursky. La femme de sa vie a refait sa vie aux Etats-Unis. Son fils, célèbre romancier ne le connaît même pas. Même Bruno évoque le fantôme d’un ami d’enfance. Le passage où ce personnage lassé de vivre tente de se suicider, sauvé in extremis par Gursky se révèle d’une rare intensité. S’y lit la détresse de ceux qui n’ont plus rien au-delà d’un modeste confort matériel.

Nicole Krauss inscrit le parcours de chaque personnage dans une intrigue particulièrement complexe où la souffrance des uns fait écho à celle des autres. Surtout, elle célèbre avant tout la littérature comme forme d’espoir pour tous ces personnages. Les mots ont un pouvoir, ils sauvent du sommeil éternel l’ami de Litvinoff, ils permettent la transmission d’une histoire d’une génération à l’autre. Nicole Krauss dédit d’ailleurs ce livre à ses grands-parents qui lui ont appris le contraire de la disparition. C’est bien de cela qu’il s’agit et c’est tout simplement magnifique.

Editions Gallimard (Du monde entier), 356 pages, 21 euros

J.H.D. 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)