sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

Vieux garçon de Bernard Chapuis, Stock
 

Comme chaque année, Paul se rend chez son grand père. Toute la famille célèbre le souvenir de Adrien, le grand oncle, évêque de Montauban. De retour dans un Paris sans adultes, l’adolescent de dix sept ans retrouve ses amis d’enfance Furtif le Loquace, Agnès, Adham, une vie de libertinages insouciants interrompue par un curieux cambriolage au domicile familial de la rue Barthelemy Casier : un coffre fort caché et instantanément, c’est le souvenir du père absent depuis sept ans qui refait surface...

Vieux garçon, Bernard Chapuis rêve sûrement encore à sa jeunesse passée avec ce roman d’apprentissage à la croisée des époques et des genres. La chronique adolescente laisse place à un récit policier où trône le souvenir d’un père disparu. Le roman alterne marivaudages adolescents et cérémonies d’un autre âge issues de la France profonde. Entre les deux, la verve de Bernard Chapuis ne permet pas toujours au texte de trouver sa cohérence. Il ne suffit pas d’évoquer Phoenix ou le Riss Club pour saisir la jeunesse d’aujourd’hui. La fascination de l’auteur pour la culotte des jeunes filles n’excuse pas tout. La seconde partie du livre laisse une tout autre impression. L’insouciance de l’été s’efface devant le doute, l’absence du père introduisant douloureusement Paul dans l’âge adulte et ses intrigues familiales. Une place à prendre même si à l’instar de Bernard Chapuis, le vieux garçon ne renoncera jamais à ses lubies d’adolescent.

Editions Stock, 246 pages, 18 euros
J.H.D. 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)