sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

Professeur d'abstinence de Tom Perrotta, Editions de l'Olivier
 

Ils ne pensent qu’à ça !

Les américains ne pensent qu’à ça : il s’agit bien évidemment du sexe et pas de la guerre en Irak. Avec l’élection de Georges W. bush, les fameuses valeurs morales de l’Amérique sont revenues sur le devant de la scène nationale. L’affaire Lewisky annonçait déjà ce revirement de la société. Il s’agit pourtant toujours de la même comédie qui se répète depuis des décennies. Les américains en effet un problème avec le sexe et sa représentation, sans doute un héritage des premiers colons puritains.

Dans Professeur d’abstinence, Tom Perrotta transpose la question dans un banal lycée d’une banlieue aisée de la côte Est. Son héroïne, Ruth Ramsey enseigne l’éducation sexuelle à des adolescents. Elle provoque la colère des parents d’élèves en expliquant au cours d’une leçon que certaines personnes peuvent tirer du plaisir à pratiquer une fellation. Suite aux prestations de tout bord, Ruth se retrouve surveillée par l’administration du lycée, encadrée par Jo Ann Meadow, une consultante en virginité qui prône l’abstinence avant le mariage. Mais l’offensive des religieux ne s’arrête pas là. A la fin d’un match de football, Tim Mason, l’entraîneur de l’équipe de la fille de Ruth demande à ses joueuses de prier tous ensembles. Furieuse, Ruth n’entend pas se laisser faire et cherche à obtenir la démission du coach cul bénit. Mais que peut-elle obtenir et qui peut la soutenir ? La question se pose d’autant plus sérieusement que Ruth ne reste pas insensible au charme de l’entraîneur…

La plume incisive de Tom Perrotta s’emploie à démontrer les contradictions d’une Amérique incapable d’inscrire ses valeurs morales dans la modernité. Alors que Ruth s’emploie à démystifier la sexualité, Jo Ann terrorise ses élèves avec ses visions de cauchemars qui lui servent à prôner des valeurs d’une autre époque. Le problème n’est pas là mais plutôt dans l’affirmation de ces valeurs religieuses et donc de convictions privées dans la sphère publique. Professeur d’abstinence délimite finalement un espace publique à reconquérir avant qu’il ne soit trop tard. L’Eglise du Tabernacle et les autres congrégations du roman prospèrent en affichant ouvertement leur prosélytisme.

La grande réussite du livre réside dans le refus de tout manichéisme. Tom Perrotta ne se moque pas bêtement des religieux. L’Eglise du Tabernacle prolifère sur les ruines de la société de consommation et se nourrit de ces multiples vies placées sous le signe de l’échec auxquelles elle promet un nouveau départ. Non sans humour, Tom Perrotta s’amuse des cas de conscience dérisoires de ses héros empêtrés dans entre morale religieuse et recherche du plaisir mais son livre préserve l’essentiel : les personnages conservent jusqu’au bout leur liberté de choisir et donc par extension la maîtrise de leur vie.

Editions de l'Olivier, 395 pages, 22 euros
J.H.D 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)