sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

L' Ecume des Jours de Boris Vian
 
Il s’agit toujours de la même histoire pourtant il arrive parfois que des écrivains réussissent à la sublimer…

Le jeune Colin mène une vie facile, partagé entre son amour pour les jolies filles, le jazz et ses deux amis Chick, un ingénieur et son cuisinier Nicolas. Au cours d’une fête, il rencontre la jeune Chloe dont il tombe immédiatement amoureux. Les deux jeunes gens se marient mais leur bonheur ne peut durer. Atteint par une maladie mal définie, Chloe dépérit jour après jour, au fur et à mesure qu’un nénuphar lui dévore les poumons…

Petite musique de Nuit.

D’emblée, l’Ecume des Jours frappe par sa puissance évocatrice. Boris Vian crée son propre univers littéraire, inventant tout un lexique et détournant nombre d’institutions du monde réel. Sa langue raffinée émerveille par son extrême musicalité et ses références au jazz qui va même jusqu’à imprégner les personnages, comme l’héroïne qui porte le nom d’une célèbre chanson de Duke Ellington. Le lecteur, d’abord dérouté, se laisse guidé petit à petit par l’imagerie de l’auteur (le piano cocktail, la souris qui parle…) puis porté par l’insouciance de ses jeunes protagonistes.

Pourtant, quelque chose ne tourne pas rond dans cet univers et des tableaux comme celui de l’assistance publique viennent troubler le lecteur. En fait, l’idylle vire petit à petit au cauchemar mais la maîtrise du jeune romancier interpelle, surtout la cohérence de ce monde imaginaire où, par exemple, les plantes tuent parce qu’elles poussent à même le sol. En fait, le livre dépasse le cadre de l’histoire d’amour pour violemment critiquer une société fantôme, uniquement fondée sur des apparences. Derrière les tableaux enchanteurs, se cachent les pires cruautés et indifférences dont le héros fait petit à petit l’expérience.

L’Ecume des jours a été rédigé au lendemain de la seconde guerre mondiale. Véritable reflet de son auteur (copie conforme de son héros) et d’une France traumatisée par la seconde guerre mondiale (l’image de la chaleur humaine utilisée pour la fabrique des armes…), il s’agit d’une des plus belles œuvres de la littérature française, une œuvre touchante dont la puissance évocatrice marquera à jamais l’inconscient collectif…

Editions du livre de poche, 315 pages, 36 francs

J.H.D. 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)