sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

Les éclaireurs de Antoine Bello, Gallimard
 

Fin de l’Histoire

Sliv Darthungover n’a pas changé. Quelques années de service supplémentaires n’ont pas eu raison de l’insouciance et de l’imagination de ce jeune homme idéaliste désireux d’influencer la marche du monde. Le Consortium de Falsification du Réel (CFR) lui offre cette chance mais Sliv attend toujours dans l’ombre les réponses aux questions qui occupent son esprit : qui dirige le CFR ? Dans quel but ?

Antoine Bello reprend son récit quelques années après les évènements relatés dans Les falsificateurs, à une époque où l’Histoire a déraillé. Après la chute du Communisme et les évènements du 11 septembre, une nouvelle ère commence où chacun y compris les membres du comité exécutif du CFR doit se remettre en question. Antoine Bello pousse le jeu de la falsification dans ses derniers retranchements en évoquant des évènements contemporains et controversés dont les circonstances voire même l’existence font débat. Avec beaucoup de soin, l’auteur évite de reprendre à son compte les thèses conspirationnistes de l’époque. Le livre questionne avant tout notre rapport au monde via notre rapport à l’Histoire. Sliv moque l’engagement de Nina Schoeman et de ses amis activistes mais qui a le plus d’influence ?

Si le héros crée par Antoine Bello gagne en maturité dans cette suite, il en paie le prix fort de la perte de ses illusions. Le ton a radicalement changé. A la frénésie inventive de la falsification du premier volet répond une réelle inquiétude : on ne manipule pas impunément l’Histoire. Au passage, Antoine Bello dresse un portrait désenchanté de l’Amérique et de ses gouvernants. Le rappel de ses pères fondateurs contraste avec les mensonges de l’administration Bush. Dans Les Eclaireurs, la falsification atteint son stade ultime : elle façonne désormais l’histoire A quoi peut bien servir le CFR si l’Histoire n’est plus qu’une vaste supercherie orchestrée par les gouvernements. Cette question hante le livre et trouve sa réponse fulgurante au XVIIème siècle, à une époque où l’ancêtre de Ménard aidait les philosophes des Lumières à distribuer l’Encyclopédie. Au cœur du mensonge, le CFR et Sliv ont trouvé leur voie et elle emprunte désormais le chemin de la vérité.

Editions Gallimard, 477 pages, 21 euros
J.H.D. 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)