sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

Watchmen de Alan Moore et Dave Gibbons, DC Comics
 

L’action des Watchmen se situe en 1985 dans une Amérique fantasmée devenue peu à peu un cauchemar, un pays où les habitants vivent avec la crainte permanente d’un prochain conflit nucléaire avec l’URSS. Les américains détiennent pourtant l’arme absolue en la personne du Docteur Manhattan, un savant qui à la suite d’une irradiation massive, se voit doté de pouvoirs fabuleux, téléportation, contrôle des particules élémentaires et des explosions nucléaires. Mais ce super héros lassé des vicissitudes des humains décide de s’exiler sur la planète Mars. Ce départ suit l’assassinat d’un autre super héros mythique des années 60, Edward Blake surnommé le Comédien. Pour Rorschasch, membre de ce célèbre groupe de justicier dissous à la fin des années 70, il ne peut s’agir de simples coïncidences. Un complot vise les super héros de l’Amérique…

Alan Moore et Dave Gibbons rejettent l’héroïsme attendu du super héros ordinaire pour livrer la vision désenchantée d’une mission devenue impossible pour des personnages rattrapés par les états d’âmes, le vieillissement, l’adultère, le sentiment d’inutilité ou les regrets. Dans Watchmen, Docteur Manhattan est un surhomme doté de pouvoirs extraordinaires mais les hommes l’ennuient. Laurie s’enfonce dans ses problèmes de couples et sa relation conflictuelle avec sa mère dont elle a repris la charge de justicier. Dan a remisé au placard les costumes du Nite Owl et regrette le bon vieux temps. Rorschasch est un véritable psychopathe réactionnaire

Malgré son ton décalé, Watchmen accuse désormais le poids des années. La narration trop complexe multiplie les sous intrigues inutiles comme celle du corsaire qui n’apporte strictement rien à l’ensemble. Les séquences d’action sont escamotées par les états d’âmes récurrents des personnages au point de bâcler complètement une conclusion un peu grotesque. Cela devrait néanmoins suffire à amuser sans réserve les fans nostalgiques.

DC Comics
J.H.D. 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)